La F1 en "discussion" pour un retour en Afrique

Stefano Domenicali a expliqué que des "discussions" étaient en cours pour un retour de la Formule 1 en Afrique, du côté de Kyalami ou ailleurs.

La F1 en "discussion" pour un retour en Afrique

Alors que la Formule 1 s'est surtout développée ces dernières décennies en Asie et au Moyen-Orient, deux marchés qui ont largement grossi et contribué à l'expansion du calendrier de la discipline, elle est loin d'avoir produit les mêmes efforts pour le continent africain, qui a pourtant historiquement été visité très tôt par le championnat. Une première course s'est en effet tenue au Maroc dès 1958 avant trois GP à East London, en Afrique du Sud, entre 1962 et 1965 puis 20 à Kyalami entre 1967 et 1993.

Récemment, Lewis Hamilton a fait part de sa volonté de voir un Grand Prix se tenir en Afrique. En février dernier, la responsable mondiale de la F1 pour la promotion des courses, Chloe Targett-Adams, chargée des discussions avec les organisateurs de GP, a indiqué qu'il s'agissait d'une "priorité" des instances.

"Je suis complètement d'accord avec Lewis, l'Afrique est un continent sur lequel nous ne courons pas, et c'est tout simplement dommageable", avait-elle déclaré lors d'un séminaire Blackbook. "C'est un endroit que nous voulons vraiment [visiter], c'est la priorité. Nous sommes en pourparlers depuis quelques années avec de possibles options. Et nous espérons qu'en fin de compte, nous pourrons y faire une course à court ou moyen terme."

Lire aussi :

Sept mois plus tard, c'est cette fois le PDG de la Formule 1, Stefano Domenicali, qui s'est chargé de réaffirmer cette ambition et de livrer quelques informations sur les tractations en vue d'un retour en Afrique. Dans un entretien pour CNN, l'Italien a ainsi sans surprise mis l'accent sur la candidature de Kyalami, tout en précisant que le tracé sud-africain n'était pas la seule option.

"Kyalami nous a fait part de son intérêt pour un retour dans le calendrier. Bien sûr, nous avons discuté avec eux afin de voir s'ils sont prêts du point de vue technique, du point de vue financier, à être insérés dans le calendrier, donc les discussions sont là", a ainsi déclaré Domenicali, avant d'ajouter : "Nous avons reçu d'autres demandes en provenance d'autres pays d'Afrique... Pour le moment, je dois garder cela confidentiel."

partages
commentaires
Pourquoi Bottas n'arrivait pas à dépasser à Sotchi

Article précédent

Pourquoi Bottas n'arrivait pas à dépasser à Sotchi

Article suivant

Ce changement de règles à la mi-saison qui tourmente les écuries

Ce changement de règles à la mi-saison qui tourmente les écuries
Charger les commentaires