Les pilotes utiliseront des gants biométriques en 2018

La Formule 1 prévoit d'introduire des gants biométriques à partir de la saison prochaine, afin d'aider le personnel médical à mieux comprendre la condition physique d'un pilote après un accident.

Cette nouvelle technologie, qui passe par un capteur de 3 mm d'épaisseur, sera cousue dans chaque gant de pilote en 2018. Le capteur sera d'abord utilisé pour surveiller le pouls d'un pilote et la quantité d'oxygène dans le sang, mais à l'avenir, l'objectif est de pouvoir disposer également de la température corporelle et du rythme respiratoire. 

Les pilotes Mercedes, Ferrari et Red Bull ont testé les capteurs lors du week-end du Grand Prix de Hongrie, et une décision sera prise prochainement pour décider à quel endroit il est préférable de placer le capteur dans le gant. 

Le projet est soutenu par le Global Institute for Motor Sport Safety, en espérant que les données recueillies par les capteurs pourront s'avérer une aide précieuse en cas d'accident grave. 

Délégué médical adjoint à la FIA, le Docteur Ian Roberts explique dans les colonnes du magazine AUTO : "Nous savons que la surveillance des personnes est essentielle pour la prise en charge médicale. Les incidents concernant les pilotes ne sont pas différents pour ça."

"Nous aimerions commencer à les surveiller et à les évaluer le plus tôt possible. Mais l'équipement que nous utilisons actuellement est relativement encombrant et il est seulement utilisé après l'incident. Il y a aussi des fois où le pilote n'est pas immédiatement accessible pour nous, donc si nous ne pouvons pas le voir ou si nous ne sommes pas à ses côtés, les informations disponibles sont limitées."

Roberts laisse entendre que les données du capteur seront particulièrement utiles pour des accidents comme celui dont avait été victime Carlos Sainz lors des essais libres du Grand Prix de Russie 2015. Le pilote espagnol était resté coincé sous une barrière et il était alors difficile d'évaluer son état de santé (photo ci-dessous).

"Une surveillance précise était impossible jusqu'à ce que l'on ait accès à lui, et bien sûr, nous ne pouvions pas le faire avant que les barrières soient retirées", ajoute-t-il. "Si nous avions eu des outils de surveillance directement sur lui, nous aurions pu prévoir encore mieux notre assistance médicale. Avec cette nouvelle technologie, au moment où un pilote a un accident, nous recevrons les données physiologiques et biométriques, donc il sera surveillé depuis le point zéro jusqu'au centre médical."

La Scuderia Toro Rosso STR10 de Carlos Sainz Jr., dans les barrières Tecpro
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags biométrique, fia, medical