Technique - Comment le Halo est devenu un artifice aérodynamique

Le Halo, cette structure de protection de la tête du pilote, va inévitablement jouer un rôle aérodynamique.

Technique - Comment le Halo est devenu un artifice aérodynamique

Ce Halo, dont l’installation sur le châssis est obligatoire en Formule 1 cette saison, dispose d’une dérogation qui lui permet de jouer un petit rôle dans l’écoulement des flux d’air. Lors des essais hivernaux, nous avons vu apparaître certaines solutions techniques très intéressantes à cet effet.

Il est permis d’intégrer un mini carénage à l’intérieur d’une zone de 20 mm située en périphérie de la structure en titane. Ce carénage ne doit toutefois pas se trouver dans un espace précis de la structure qui peut être percuté par le casque du pilote lors d’un accident.

Le Halo a donc été testé en CFD et dans les souffleries, et les ingénieurs en sont arrivés à des carénages, ailettes et arêtes aux formes diverses.

Halo de la McLaren MCL32

Dès les essais d’après-saison organisés à Abu Dhabi l’automne dernier, il est vite devenu évident que les écuries ne se contenteraient pas d’ajouter un simple déflecteur sur le Halo, mais qu’elles allaient plutôt créer des carénages aux formes aérodynamiques.

McLaren a effectué ces essais avec sa voiture munie d’un Halo surmonté d’un triple élément. Chacun d’eux se termine sur les côtés de la structure et impose des directions spécifiques aux flux d’air tout en améliorant son écoulement vers l’arrière de la voiture.

Esteban Ocon, Sahara Force India VJM11

Quoiqu’un peu différent, le Halo testé par Force India possédait un carénage à trois éléments et une ailette en forme de boomerang. Ces artifices étaient sans doute destinés à mieux diriger les flux d’air vers la boîte à air et l’aileron arrière.

Ailette de Halo de la Toro Rosso STR13

Toro Rosso a aussi testé son carénage de Halo à Abu Dhabi, avec toutefois qu’une seule ailette en forme de boomerang.

Lors des essais hivernaux à Barcelone, la nouvelle Toro Rosso a été vue avec une seconde ailette fixée sous le support avant. Bien que située hors de portée du casque du pilote en cas d’accident, elle ne se trouve toutefois pas du tout à un endroit prévu pour un carénage.

La Toro Rosso STR13

La solution de Toro Rosso est aussi très élégante. Les points d’ancrage arrière du Halo possèdent cet affinement de la carrosserie et une paire d’ailettes horizontales.

Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18

L’écurie américaine Haas a toutefois innové avec non pas un mini carénage semblable aux autres, mais une série de petits générateurs de vortex.

Il est intéressant de noter que la VF-18 possède un pare-brise échancré un peu comme celui utilisé par Nico Rosberg et Mercedes en général depuis quelques saisons.

Ce pare-brise spécial a pour but de modifier l’écoulement de l’air vers le casque du pilote. La fluidité de l’écoulement de l’air a justement été altérée par la présence du Halo.

On retrouve aussi sur plusieurs voitures d'autres artifices destinés à modifier l’aérodynamique.

Sergey Sirotkin, Williams FW41

Williams et Renault ont chacune fixé des ailettes horizontales sur les flancs de leur châssis (flèches rouges), ce qui modifie l’écoulement de l’air sur les côtés de la voiture, là où se trouvent les points d’ancrage arrière du Halo.

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS18

Lors de la quatrième journée d'essais à Barcelone, Renault a testé une nouvelle ailette fixée juste sous la boîte à air (flèche blanche). Elle sert à calmer les flux d’air perturbés par le casque du pilote, améliorant du fait la performance de la boîte à air.

Deux écuries ont été discrètes et ont dévoilé très peu de choses lors des essais : Ferrari et Sauber. Leur Halo ne possédait qu’une simple ailette en forme de boomerang. Cachent-elles leur jeu ?

On s'attend à ce que Mercedes, Red Bull Racing et Renault présentent la version finale de leur Halo cette semaine à Barcelone, en préparation au premier Grand Prix de la saison en Australie.

 
partages
commentaires
Barcelone, J5 - Encore du temps perdu pour McLaren à la mi-journée
Article précédent

Barcelone, J5 - Encore du temps perdu pour McLaren à la mi-journée

Article suivant

Un ancien ingénieur Ferrari rejoint la FIA

Un ancien ingénieur Ferrari rejoint la FIA
Charger les commentaires