La F1 à Long Beach, un projet irréaliste selon Brown

partages
commentaires
La F1 à Long Beach, un projet irréaliste selon Brown
David Malsher
Par : David Malsher , Rédacteur en Chef USA
3 mai 2017 à 15:30

PDG de McLaren, Zak Brown a douché les récentes rumeurs annonçant l'éventuelle organisation d'un Grand Prix de Formule 1 à Long Beach, notamment en raison du budget que cela requerrait.

Départ : Patrick Tambay et Keke Rosberg
Mario Andretti
Clay Regazzoni, Ferrari 312T
Start of the BUBBA Burger Sports Car Grand Prix of Long Beach
James Hinchcliffe, Schmidt Peterson Motorsports Honda
James Hinchcliffe, Schmidt Peterson Motorsports Honda
Zak Brown, directeur exécutif McLaren Technology Group
Will Power, Team Penske Chevrolet, et Charlie Kimball, Chip Ganassi Racing Honda, se crashent
James Hinchcliffe, Schmidt Peterson Motorsports Honda passe sous le drapeau à damier
Takuma Sato, Andretti Autosport Honda
Tony Kanaan, Chip Ganassi Racing Honda
Alexander Rossi, Herta - Andretti Autosport Honda
Marco Andretti, Andretti Autosport Honda

Le groupe américain Liberty Media, qui a racheté la Formule 1 fin 2016, espère implanter la catégorie reine du sport automobile davantage outre-Atlantique, sur un marché qui lui a toujours résisté.

Après quatre saisons sans Grand Prix des États-Unis, la F1 a fait son retour au pays de l'Oncle Sam en 2012 sur le Circuit des Amériques, au Texas, et la possibilité d'organiser une deuxième manche du Championnat du monde dans ce pays est désormais envisagée.

Le nom de Long Beach a alors été évoqué, ce circuit urbain ayant accueilli la F1 jusqu'en 1983 avant de tenir des courses de Champ Car, puis d'IndyCar. Zak Brown fait toutefois montre de scepticisme à cette idée.

"Le Grand Prix de Long Beach est évidemment un événement fantastique et a une grande Histoire de 43 ans, initialement avec la Formule 1 mais plus récemment avec l'IndyCar", reconnaît Brown. "C'est un très bon circuit d'IndyCar. Mais vu les finances requises par la Formule 1, il faudrait d'énormes subventions du gouvernement, et de ce que je sais, je ne crois pas que Long Beach soit prêt à payer ce genre de frais."

"L'autre point très important, c'est que pour tenir une course de Formule 1, il faudrait que le circuit soit au Grade 1 de la FIA. Il faudrait alors qu'il soit plus long avec plus de dégagements et un grand bâtiment pour les stands. Mais la piste est juste à côté du port, donc ce n'est pas vraiment un environnement facile à modifier ! De plus, le circuit entier se trouve sous la juridiction de la Commission côtière de Californie, donc toute modification du circuit telle que la construction nécessaire du complexe des stands serait sujette à leur analyse et approbation."

"Même du point de vue de la construction, il faudrait dépenser des dizaines et des dizaines et des dizaines de millions de dollars. Pour couronner le tout, la Formule 1 demande des frais d'inscription au calendrier bien plus élevés que l'IndyCar."

"Quand on associe ces deux coûts, il n'y a pas de modèle économique où les investisseurs privés peuvent obtenir un retour sur investissement, donc tout le budget revient à l'État de Californie et à la ville de Long Beach. Je sais que KPMG a été engagé pour mener une étude, mais cette étude va dire que cela coûterait un investissement de centaines de millions de dollars."

À titre de comparaison, le Circuit des Amériques verse 250 millions de dollars sur dix ans au Formula 1 Group pour avoir le droit d'organiser le Grand Prix des États-Unis.

"Le fait est que si l'on regarde toutes les courses de Formule 1, y compris celle du Circuit des Amériques, qui reçoivent des subventions de la part du gouvernement, elles rencontrent quand même des difficultés financières", souligne Zak Brown. "Donc je ne vois aucun modèle économique qui ferait fonctionner la F1 à Long Beach. Ce n'est pas une critique envers la Formule 1 ni envers Long Beach. Ils sont simplement incompatibles, et suggérer que ce n'est pas le cas, ce serait tenter de faire rentrer un cube dans un cylindre."

Liberty n'y pense pas

Brown est si dubitatif que selon lui, le simple fait d'envisager la tenue d'un Grand Prix de Formule 1 à Long Beach serait une perte de temps, alors que la course californienne est la deuxième plus prestigieuse en IndyCar après les 500 Miles d'Indianapolis.

"Je veux voir tous les sports mécaniques prospérer, et c'est vraiment dommage de voir une grande course d'IndyCar être régulièrement distraite par ce genre de chose", déplore l'Américain. "Je pense que le résultat final, c'est que l'IndyCar va rester à Long Beach, donc pourquoi gaspiller du temps, de l'argent et des ressources politiques là-dessus ?"

"Franchement, si je pensais que ce concept avait la moindre validité, je le dirais. Vous savez, si c'était un nouvel événement, je donnerais mon avis à Liberty et je les encouragerais ; je dirais : 'Oui, allez-y ! Faites une étude de viabilité'. Mais bien que la Formule 1 à Long Beach soit un très bon concept à mon avis, je pense que c'est loin d'être viable."

Brown affirme en tout cas que Long Beach ne représente pas une option pour Liberty : "Je ne suis pas au courant de tous les marchés que Liberty étudie, mais je suis au courant de certains d'entre eux, et je peux dire avec honnêteté qu'en ce qui concerne les circuits d'Amérique du Nord, je n'ai jamais entendu Long Beach être mentionné." Cela a le mérite d'être clair.

Prochain article Formule 1
Technique - Un mystérieux bouton qui donne un avantage aux Ferrari ?

Previous article

Technique - Un mystérieux bouton qui donne un avantage aux Ferrari ?

Next article

Bottas : La situation va "se compliquer" avec mes rivaux

Bottas : La situation va "se compliquer" avec mes rivaux

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur David Malsher
Type d'article Actualités