Les F1 mythiques de Ferrari - La 500, chasseuse de records

La Ferrari 500 a offert à Alberto Ascari le premier titre pilotes de la marque en Formule 1 en 1952, même s'il s'agissait en réalité... d'une Formule 2.

Les F1 mythiques de Ferrari - La 500, chasseuse de records

Cela en fait une voiture clé dans l'aventure de Ferrari en tant que constructeur le plus victorieux de l'Histoire du Championnat du monde, en s'emparant du premier de ses 31 titres, pilotes et constructeurs confondus.

Enzo Ferrari fut hésitant quand la F1 bégaya et disparu presque en 1952, parce qu'il ressentait un tiraillement persistant lié à l'affection pour une structure Alfa Romeo sur le départ et ses puissantes F1, dont il avait défendu le design lorsqu'il travaillait pour Alfa dans les années 1930.

Mais il surmonta plutôt bien cela, la perte pour le sport mécanique deviendra sa victoire : en l'absence de suffisamment de F1 correctes pour peupler la grille, les courses du Championnat du monde furent totalement ouvertes aux F2 pour 1952-1953. Et Ferrari avait déjà une F2 de base qui était prête.

Il n'y avait rien de particulièrement énorme ou astucieux au sujet de la Ferrari 500. Il s'agissait seulement d'une version retravaillée de la précédente F2 de la Scuderia : un châssis-échelle avec des amortisseurs à ressort transversal à lame à l'avant et un essieu De Dion à l'arrière, désormais situé près des bras oscillants, mais avec un moteur plus simple et bien plus efficace.

L'architecture du V12 de Gioacchino Colombo allait être un pilier de la gamme Ferrari des années à venir, mais sous la forme d'un deux litres, il avait été bien battu en F2. En conséquence, Ferrari demanda à son nouveau chef ingénieur, Aurelio Lampredi, de concevoir un quatre cylindres à double arbre à cames comme alternative. Il fut compétitif dès le départ.

Piero Taruffi remporta la première manche du Championnat du monde pour Ferrari, mais par la suite ce fut un show Alberto Ascari, sauf l'Indy 500 qu'Ascari tenta malgré tout dans une voiture V12 basée sur le châssis F1 de 1951.

L'anomalie de la manche d'Indianapolis mise à part une Ferrari 500 remporta chacun des Grands Prix à partir de mai 1952, jusqu'à ce que le pilote Maserati Juan Manuel Fangio ne mette fin à cette série à Monza le 13 septembre 1953.

Les neuf victoires consécutives d'Ascari, égalées mais jamais dépassées, soulignent la domination absolue de Ferrari lors de l'ère F2.

Une exposition Ferrari avec quelques unes des voitures les plus célèbres de la marque italienne, y compris la Ferrari 488 GTE et la Ferrari FXX-K Evo, se tiendra lors du salon Autosport International en 2018, qui se déroulera du 11 au 14 janvier. Pour des informations sur les billets, cliquez ici (en anglais).

Stuart Codling

Alberto Ascari, Ferrari 500
Alberto Ascari, Ferrari 500
1/18

Photo de: LAT Images

Alberto Ascari, Ferrari 500
Alberto Ascari, Ferrari 500
2/18

Photo de: Ferrari Media Center

Alberto Ascari, Ferrari 500
Alberto Ascari, Ferrari 500
3/18

Photo de: LAT Images

Andre Simon, Ferrari 500
Andre Simon, Ferrari 500
4/18

Photo de: LAT Images

Piero Taruffi, Ferrari 500
Piero Taruffi, Ferrari 500
5/18

Photo de: LAT Images

Alberto Ascari, Ferrari 500
Alberto Ascari, Ferrari 500
6/18

Photo de: LAT Images

Alberto Ascari, Ferrari 500
Alberto Ascari, Ferrari 500
7/18

Photo de: LAT Images

Départ : Alberto Ascari, Ferrari 500 et Mike Hawthorn, Cooper T20-Bristol, mènent
Départ : Alberto Ascari, Ferrari 500 et Mike Hawthorn, Cooper T20-Bristol, mènent
8/18

Photo de: LAT Images

Alberto Ascari, Ferrari 500
Alberto Ascari, Ferrari 500
9/18

Photo de: LAT Images

Alberto Ascari, Ferrari 500
Alberto Ascari, Ferrari 500
10/18

Photo de: LAT Images

Ferrari 500F2/625F1, 1952
Ferrari 500F2/625F1, 1952
11/18

Photo de: Luis Betancourt

Ferrari 500F2/625F1, 1952
Ferrari 500F2/625F1, 1952
12/18

Photo de: Luis Betancourt

Ferrari 500F2/625F1, 1952
Ferrari 500F2/625F1, 1952
13/18

Photo de: Luis Betancourt

Ferrari 500F2/625F1, 1952
Ferrari 500F2/625F1, 1952
14/18

Photo de: Luis Betancourt

Ferrari 500F2/625F1, 1952
Ferrari 500F2/625F1, 1952
15/18

Photo de: Luis Betancourt

Ferrari 500F2/625F1, 1952
Ferrari 500F2/625F1, 1952
16/18

Photo de: Luis Betancourt

Ferrari 500F2/625F1, 1952
Ferrari 500F2/625F1, 1952
17/18

Photo de: Luis Betancourt

Ferrari 500F2/625F1, 1952
Ferrari 500F2/625F1, 1952
18/18

Photo de: Luis Betancourt

partages
commentaires
Hamilton : La Mercedes W08, la F1 "la plus difficile" de ma carrière
Article précédent

Hamilton : La Mercedes W08, la F1 "la plus difficile" de ma carrière

Article suivant

Stroll est certain d'avoir répondu aux critiques en 2017

Stroll est certain d'avoir répondu aux critiques en 2017