La F1 doit "réfléchir sérieusement" aux unsafe releases

La Formule 1 doit "réfléchir sérieusement" aux nombreux incidents survenus dans les stands lors des trois premiers Grands Prix de la saison 2018, affirme Andrew Green, directeur technique de Force India.

McLaren a reçu une amende de 5000€ à l'issue des Essais Libres 2 du Grand Prix de Chine pour avoir laissé partir Stoffel Vandoorne en piste avec une roue arrière droite mal fixée.

C'est le cinquième unsafe release survenu en trois courses, après l'abandon des pilotes Haas en Australie et les deux incidents connus par Kimi Räikkönen à Bahreïn, dont un qui a envoyé son mécanicien à l'hôpital avec une jambe cassée.

McLaren avait également connu une roue mal fixée lors de la première journée des essais hivernaux. La voiture avait fini par perdre cette roue complètement, le système de rétention s'étant brisé.

Green estime que la gestion des arrêts au stand par les écuries est en cause et que la FIA "doit étudier la situation". Il ajoute : "Les équipes doivent comprendre comment on finit par laisser partir une voiture en essais libres avec un écrou mal serré. Pour moi, il faut y réfléchir sérieusement."

Directeur de course de la F1, Charlie Whiting suggère que ces problèmes sont "de moins en moins une coïncidence", mais toute corrélation entre les incidents semble se limiter à des bévues dans le processus. Tous étaient dus à des erreurs lorsqu'il a fallu fixer la nouvelle roue, à l'exception du deuxième unsafe release de Räikkönen, qui a eu les conséquences les plus graves : dans ce cas précis, la roue ne s'était pas du tout enlevée, et remettre le pistolet pneumatique sur celle-ci a dérouté le système automatique de Ferrari.

Une théorie serait que les écrous soient plus difficiles à serrer ou à enlever cette année, mais selon Green, ce n'est pas le cas. Le seul changement apporté au système de rétention, qui empêche la roue de partir si l'écrou n'est pas correctement fixé, est qu'il subit désormais des tests plus stricts pour prouver qu'il peut supporter les forces nécessaires.

Kevin Magnussen a déclaré que la FIA n'avait pas besoin d'enquêter à ce sujet car il s'agirait simplement pour les écuries de "lâcher du lest et de chercher davantage de sécurité".

Directeur technique de Renault Sport F1, Bob Bell estime que ces problèmes sont dus au fait que les écuries ont atteint la limite de ce qui est réalisable lors d'un arrêt au stand : "Nous travaillons constamment sur notre hardware pour réduire les chronos d'arrêt au stand, donc nous continuons juste à grignoter des fractions de seconde. On atteint parfois un stade où l'on perd l'équilibre."

Green critique les équipes pour les incidents qui se sont produits en essais libres, car "il n'y a pas de grosse pression temporelle quant à l'insertion de l'écrou", mais Bell est en désaccord : "Il ne sert à rien de s'entraîner si l'on ne s'entraîne pas au même rythme qu'en course. C'est ce que font toutes les équipes. Cela signifie juste que parfois, cela se retourne contre nous."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Chine
Circuit Shanghai International Circuit
Type d'article Actualités