La F1 voit ses revenus augmenter et la crise s'éloigner

La Formule 1 continue de se remettre du choc financier subi l'an dernier en raison de la pandémie de COVID-19.

Max Verstappen, Red Bull Racing RB16B, et Lewis Hamilton, Mercedes W12, et le reste des monoplaces avant le départ

Les résultats du troisième trimestre 2021 montrent que la F1 a gagné 12% de revenus en plus par rapport à la même période l'année dernière, en passant de 597 millions à 668 millions de dollars (environ 580 millions d'euros au taux de change actuel), tandis qu'une perte de 104 millions a été transformée en un bénéfice de 80 millions de dollars (environ 70 millions d'euros), après que les dix équipes ont reçu leur part de 338 millions de dollars (environ 293 millions d'euros).

Ces chiffres sont en hausse malgré la tenue de dix courses de juillet à septembre 2020 en raison du calendrier comprimé, contre "seulement" sept en 2021. Habituellement, moins de courses sur un trimestre signifie moins de revenus, mais les résultats reflètent le fait qu'en l'absence de spectateurs, de nombreux Grands Prix 2020 ont fait l'objet d'accords spéciaux avec la F1 et n'ont pas payé les droits habituels. En revanche, cette saison, la plupart des épreuves ont été autorisées à se dérouler à pleine capacité ou presque.

De plus, les revenus tels que ceux provenant des accords de diffusion sont alloués par trimestre en fonction du nombre de courses organisées. Ils ont donc diminué en 2021, ce qui indique à quel point les frais provenant de l'organisation des courses ont été majorés pour créer un total de revenus plus élevé. Le retour du Paddock Club pour six des sept GP a également contribué à cette augmentation.

La F1 a noté que ses revenus primaires "ont augmenté au troisième trimestre, principalement en raison de la croissance des revenus de promotion des courses par rapport à l'année précédente, où les limitations de la fréquentation des fans ont entraîné des changements ponctuels dans les conditions contractuelles des courses organisées".

"Les droits de diffusion et les revenus de sponsoring ont diminué au cours du troisième trimestre en raison de l'impact de la reconnaissance proportionnelle plus faible des revenus basés sur la saison (7/22 courses ont eu lieu au troisième trimestre de 2021 contre 10/17 au troisième trimestre de 2020), partiellement compensés par la croissance des revenus d'abonnement à F1 TV et des revenus provenant de nouveaux sponsors."

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Pourquoi l'air de Mexico pourrait donner la victoire à Red Bull
Article suivant Hülkenberg renonce à l'IndyCar pour "raisons personnelles"

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse