La F1 sans l'ombre d'un doute malgré les craintes pour 2022

Face aux plus sceptiques qui érigent la saison en cours en exemple, Ross Brawn reste profondément convaincu par la nécessité de bouleverser la donne technique de la Formule 1 en 2022.

La F1 sans l'ombre d'un doute malgré les craintes pour 2022

À l'heure où la lutte pour le titre est plus indécise que jamais, avec au coude à coude deux pilotes d'exception mais également deux écuries différentes, il serait tentant de penser que la révolution technique prévue en 2022 interviendra au mauvais moment. Une théorie que combat toutefois Ross Brawn, patron sportif de la Formule 1 et fervent défenseur des changements qui feront entrer la discipline dans une nouvelle ère l'année prochaine.

Pour certains, le duel qui oppose actuellement Lewis Hamilton à Max Verstappen démontre que la réglementation en vigueur a atteint un point où elle peut apporter le spectacle attendu. Pour d'autres – ou parfois les mêmes –, le grand chambardement qui se prépare expose la F1 à un risque d'étirement de la grille et même de domination si une écurie parvient à trouver plus rapidement que d'autres la manière d'exploiter les nouveaux textes réglementaires.

Néanmoins, Ross Brawn est sûr de son fait et reste convaincu que la F1 ne commet pas une erreur, le Britannique s'appuyant sur le raisonnement derrière le règlement 2022. Une révolution justement pensée pour permettre aux monoplaces de courir plus facilement en peloton mais aussi pour resserrer les écarts.

"Ce week-end, j'ai entendu des commentaires selon lesquels il fallait des changements à la réglementation 2022 car nous vivions actuellement une saison en or", a réagi Ross Brawn après le Grand Prix de Turquie. "Je pense que vous ne comprenez pas le fait que, bien que le championnat soit passionnant cette année, les voitures auront toujours du mal à se suivre de près les unes des autres et à créer des opportunités de dépassement."

"La réglementation 2022 ne changera pas la situation du jour au lendemain, mais je pense que c'est une bien meilleure plateforme pour améliorer la course en piste, et je suis certain qu'une fois les nouvelles règles établies, nous assisterons à des courses et des championnats incroyables, avec encore plus d'action roue contre roue."

Nous voulons toujours que ce soit une méritocratie.

Ross Brawn

Pour Ross Brawn, la tournure que prend la saison en cours avec un resserrement des écarts et davantage de vainqueurs différents (six à ce jour) vient également conforter les grandes mesures prises par Liberty Media ces dernières années, avant même l'introduction de la nouvelle réglementation technique, par exemple via le plafonnement des budgets.

"Les deux championnats sont prêts à nous emmener jusqu'à la fin de la saison et à nous offrir l'une des plus excitantes fins d'année depuis longtemps", note-t-il. "La F1 est bénie. Pourquoi vivons-nous une saison si géniale ? Lorsque je dirigeais des équipes, il n'y avait pas de recette miracle. Il s'agissait de chipoter sur tout pour s'améliorer progressivement. Je crois que c'est pareil avec la discipline."

"Dans mon esprit, il n'y a aucun doute quant au fait que le plafonnement budgétaire et les changements de réglementation qui ont été introduits ont une incidence positive sur le resserrement et l'intensité du championnat. Aucune équipe n'a la capacité de dépenser massivement des ressources et d'essayer de s'envoler. Les ressources sont désormais limitées et les équipes sont aussi concentrées sur la voiture de l'an prochain, ce qui demande beaucoup de temps et de ressources. Tout ceci contribue à un championnat plus serré."

Ross Brawn se défend toutefois, à travers toutes ces mesures en place et à venir, de remettre en question le fait que les meilleurs soient récompensés en F1.

"Nous voulons toujours que ce soit une méritocratie", prévient-il. "Nous voulons toujours que la meilleure équipe gagne. Mais nous ne voulons pas d'une équipe loin devant parce qu'elle a un plus gros budget que les autres. C'est plaisant de voir que les choses se développent. Aucune équipe ne s'échappe dans ce championnat, qui devient une lutte qui restera à la postérité."

Lire aussi :

partages
commentaires
Verstappen : Red Bull doit "élever son niveau" face à Mercedes
Article précédent

Verstappen : Red Bull doit "élever son niveau" face à Mercedes

Article suivant

Masi répond aux critiques d'Alonso sur les commissaires

Masi répond aux critiques d'Alonso sur les commissaires
Charger les commentaires