Spectacle et technologie, le nécessaire équilibre de la F1

partages
commentaires
Spectacle et technologie, le nécessaire équilibre de la F1
Par : Fabien Gaillard
12 févr. 2018 à 15:32

Le directeur technique de la FIA, Gilles Simon, est revenu sur la question de l'équilibre en Formule 1 entre le spectacle réclamé par les observateurs et le maintien d'une compétition sportive technologique et innovante.

Simon est le remplaçant du désormais célèbre Marcin Budkowski au poste ultra sensible de directeur technique de la FIA. Loin de la polémique qui a suivi le recrutement du technicien polonais par Renault, le Français s'est penché sur un problème épineux lui aussi : celui du spectacle et de sa place en Formule 1.

Les nouveaux propriétaires de la discipline reine, Liberty Media, ont clairement exprimé leur souhait d'améliorer l'aspect spectaculaire de la F1 à la fois sur et en dehors de la piste. D'aucuns craignent qu'en adoptant une telle philosophie, l'essence du championnat, qui est de confronter des constructeurs fabricant leurs propres châssis au niveau de technologie sans égal, puisse être diluée dans l'exigence du divertissement à tout prix.

Mais pour Simon, interrogé par Racecar Engineering, il faut avant tout concilier ces deux facettes et non pas les faire s'affronter. "Je ne pense pas que le spectacle et la technologie aillent l’un contre l’autre. [Les] promoteurs dans chacun de nos championnats, ils veulent que le championnat soit intéressant jusqu’à la dernière minute, qu’il soit spectaculaire et offre un bon spectacle. C’est le meilleur moyen d’attirer des fans et de faire qu’ils restent intéressés, et c’est généralement le cas pour tous les sports et tous les spectacles."

"Ce qui est spécifique aux sports mécaniques est qu’il y a un moteur, donc il y a déjà de la technologie. Une partie de l’intérêt des fans concerne les voitures. Il y a la lutte, mais il y a aussi la beauté de ces voitures. Il s’agit d’avoir des voitures spectaculaires et rapides et, également, ce que chacun d’entre nous recherche dans tout type de course, c’est l’ingénierie derrière ces voitures. Pourquoi celle-ci est la plus rapide et se comporte comme ça ? Une partie du spectacle dépend de la technologie."

Et justement, ce débat et la recherche d'un tel équilibre s'inscrivent aussi nécessairement dans une réalité qui est celle de coûts de plus en plus difficiles à supporter pour les structures privées. Cet objectif est parmi les lignes directrices des futures réglementations moteur pour l'après-2020.

"Il n’y a pas d’antagonisme entre technologie et divertissement, il y a juste un équilibre pour chaque championnat. Les coûts doivent demeurer dans une fenêtre qui est acceptable. Le problème est probablement plutôt d’avoir un modèle viable dans chaque formule des sports mécaniques, afin de comprendre quel type de budget fait sens en F1, en Endurance, en GT ou en tourisme ; une fois que c’est défini, il faut identifier la technologie qui correspond à cette fenêtre."

Moteur de la Ferrari SF70H

Trouver un compromis

Là encore, l'identification de la technologie appropriée n'est pas seulement un débat interne. Aujourd'hui, à l'heure où l'automobile connaît une profonde mutation, avec le développement des technologies hybride et électrique, la Formule 1 fait face à plusieurs chemins possibles, qui peuvent tous avoir d'importantes conséquences que ce soit sur la discipline en elle-même ou sur son avenir à moyen ou long terme. La F1 doit-elle être un précurseur, un suiveur ou dans un monde à part ?

"En juin, j’étais à un congrès sur les moteurs à essence, en discussion avec d’autres personnes, et j’ai compris qu’au moins deux grands FEO [fabricants d’équipement d’origine, ndlr] ont commencé un programme sur la récupération d’énergie de l’échappement, parce qu’ils savaient qu’il s’agissait d’une solution potentielle", raconte Simon. "Ils n’ont jamais eu la possibilité d’avoir le budget pour faire de la recherche dessus. Dès qu’ils ont dit : ‘C’est le système qu’ils utilisent en F1’, ils ont eu le budget. Cet effet d’entraînement a toujours existé, et je crois que ça reste important pour notre industrie et notre sport."

"La question difficile pour nous du point de vue des réglementations techniques est de trouver un équilibre entre le coût et la technologie maximum que l’on peut inclure pour ce prix. Nous faisons face à des difficultés mais il faut trouver un compromis. La question est simple, il faut trouver le bon équilibre. C’est compliqué et il y a différentes opinions, mais nous devons en discuter en longueur pour trouver ce qui est raisonnable et va dans la bonne direction. Notre approche est de rencontrer les parties intéressées plutôt que de dire : ‘Voici le règlement’."

Une fois ce compromis trouvé et ces solutions mises en place, encore faudra-t-il capitaliser dessus et les "vendre" au mieux, ce que la F1 a peiné à faire avec la technologie du V6 turbo hybride qui, malgré la critique dont elle a pu faire l'objet dès son introduction, représente une véritable avancée, notamment dans le domaine de la consommation d'essence. Là encore, la question de l'intérêt d'une telle technologie vis-à-vis de l'industrie automobile est prégnante.

"Les meilleurs moteurs en F1 sont efficaces à 50%, disons, mais qu’est-ce que ça veut dire ? Si vous aviez cette efficacité avec votre voiture de route, votre consommation serait autour de deux litres aux 100 km ou quelque chose dans cette fenêtre, et c’est spectaculaire. Mais comment traduire cela pour une voiture qui est au-dessus de 800 chevaux et 70% du temps à pleine charge ? Si vous essayez de faire ça avec votre voiture, la consommation d’essence sera plus importante, mais l’efficacité – l’essence que vous brûlez pour la puissance dont vous avez besoin – est très importante."

"Je pense que certains chiffres peuvent être difficiles à expliquer, alors que d’autres peuvent être traduits. Si vous parlez de consommation d’essence lors d’une course, lors d’un tour ou aux 100 km, c’est important parce que ça va très vite, mais si vous essayiez d’aller aussi vite avec tout autre voiture, ça serait au moins le double, et peut-être que vous serez aussi rapide. Nous devons expliquer cela de façon claire pour que toute personne logique puisse comprendre cette bonne performance sur le plan technique."

Prochain article Formule 1
Red Bull annonce la date de présentation de la RB14

Previous article

Red Bull annonce la date de présentation de la RB14

Next article

Vidéo - Le Circuit Paul Ricard est prêt pour le GP de France 2018

Vidéo - Le Circuit Paul Ricard est prêt pour le GP de France 2018
Load comments

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Fabien Gaillard
Type d'article Actualités