La F1 va de nouveau tester des gants biométriques à Austin

La FIA prévoit des tests supplémentaires pour ses gants biométriques lors des essais libres du Grand Prix des États-Unis, avec l'espoir que cette technologie change drastiquement l'aide à la connaissance médicale avancée.

Après de premiers essais en Hongrie, Red Bull, Force India et Haas devraient voir leurs pilotes tester ces systèmes à Austin. Une décision finale sera prise avant les essais libres pour savoir qui en bénéficiera.

Les gants, qui disposent de capteurs placés dans la paume de la main, aident à surveiller le rythme cardiaque et le niveau d'oxygène dans le sang des pilotes pour qu'en cas d'accident, l'équipe médicale soit plus à même d'évaluer leur condition sans intervention préalable.

Cette technologie est le résultat d'un projet conjoint du pilote de la voiture médicale, Alan van der Merwe, et du docteur de la F1, Ian Roberts, qui ont travaillé sur cette idée avec la FIA.

Van der Merwe explique : "Le but est de voir ce qui ne peut être vu. Quand nous sommes en route vers un accident, ce qui se passe entre l'impact et notre arrivée n'est pas visible. Un pilote peut être inconscient pendant 30 secondes et nous ne le saurions pas car le pilote ne nous le dirait pas."

"Avoir cette information entre nos mains va aider les équipes et les pilotes, parce que allons mieux pouvoir évaluer les choses et prendre des décisions en étant mieux informés."

Roberts d'ajouter : "Si le pilote a un gros crash, et ne sort pas de la voiture, est-ce qu'il lui est arrivé quelque chose ? Nous ne savons pas tant que nous n'y sommes pas."

"Toute la technologie actuelle en termes de suivi des pilotes est clinique, et les moniteurs cliniques sont conçus pour fonctionner avec des patients au sec, au chaud et immobiles. Le mouvement, par exemple, va casser le suivi."

"Il n'y avait rien, à notre connaissance, qui était disponible pour un environnement hostile comme celui de la course automobile."

Les gants biométriques disposent d'un capteur optique très léger et une batterie séparée, assurant donc que le gant soit toujours capable d'envoyer des données même si le moteur de la voiture a été coupé.

Les données sont transmises sans fil et peuvent être réceptionnées une fois que la voiture médicale est à 500 mètres de l'accident, ce qui est suffisant pour préparer les médecins à ce qu'ils doivent faire.

Connaissance médicale

Un des aspects les plus intéressants du fait de disposer de telles données sera le boost pour la connaissance médicale de ce qui arrive au corps humain dans le laps de temps entre un accident et une récupération.

Van der Merwe et Roberts suggèrent que le monde médical tout entier pourrait tirer parti des découvertes sur les réactions du corps humain après un accident.

Van der Merwe explique : "Nous n'avons jamais eu de données qui nous ont offert une chronologie entière de l'impact jusqu'au moment où le pilote va à l'hôpital ou a pleinement récupéré. Donc dans les faits, il sera intéressant que les pilotes portent ces [instruments de monitoring] dès le moment de l'impact."

"S'ils sont transportés en ambulance ou en hélicoptère, nous pourrons avoir cette fenêtre intéressante pour voir comment la condition de quelqu'un évolue une fois à l'intérieur. Dans cet environnement, ça n'a jamais été fait d'avoir un contrôle étendu des paramètres basiques. Ça va ouvrir tout un champ de nouvelles choses."

Robert de conclure : "C'est en partie un banc d'essai, car nous savons que nous pouvons faire fonctionner cela dans l'environnement difficile d'une voiture de F1, donc ça fonctionnera dans d'autres environnements difficiles."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP des États-Unis
Circuit Circuit of the Americas
Type d'article Actualités
Tags alan van der merwe, fia, gants, gants biométriques, ian roberts, sécurité, voiture medicale