Alonso : L'idée selon laquelle j'avais du mal n'était "pas juste"

Auteur de son meilleur résultat depuis son retour en F1 au Grand Prix d'Azerbaïdjan, Fernando Alonso juge que l'opinion générale selon laquelle ses difficultés étaient importantes en début de saison était injuste.

Alonso : L'idée selon laquelle j'avais du mal n'était "pas juste"

Sixième du Grand Prix d'Azerbaïdjan, Fernando Alonso y a signé son meilleur résultat chez Alpine. L'Espagnol, bien aidé par le départ arrêté pour les deux derniers tours lors duquel son agressivité a fait mouche, évoquait à Bakou le travail fourni chez Alpine pour redresser la barre après une manche monégasque terne.

"Nous avons travaillé sur la voiture entre Monaco et [Bakou] pour comprendre nos problèmes, pour analyser pourquoi nous n'avions pas réussi à mettre les pneus en condition à Monaco. Nous avons beaucoup travaillé avec les ingénieurs, j'ai eu beaucoup de réunions entre Monaco et Bakou, des réunions en ligne quand j'étais à la maison, quand nous travaillions sur le simulateur. Donc, oui, nous travaillons dur, vous savez, dans les semaines entre les courses. [En Azerbaïdjan], nous avons immédiatement vu en EL1 que nous n'étions pas à l'aise."

Lire aussi :

Dans le même temps, le double Champion du monde regrette l'analyse faite par certains observateurs sur son début de saison. Même si, aux points, Alonso figure devant son équipier, il a globalement été moins performant en qualifications et en course. Dès lors, d'aucuns ont estimé qu'il avait des difficultés, mais pour l'Espagnol ce n'est pas le cas.

"Je n'étais pas trop mécontent lors d'autres courses qui, selon l'opinion générale, étaient très mauvaises. Et je ne pense pas qu'elles étaient si mauvaises. Vous savez, à Barcelone, évidemment, nous étions sur un arrêt. Et nous n'avons pas réussi, mais j'étais plus ou moins dans le rythme d'Esteban [Ocon]."

"À Monaco, je crois que j'ai fini deux secondes derrière lui. Et ces choses se reproduisaient à chaque week-end, mais l'opinion était que j'avais beaucoup de mal, même par rapport à d'autres pilotes qui ont changé d'équipe cette année, comme Daniel [Ricciardo] ou autre."

"Et je crois que ce n'était pas juste car, par rapport à ma situation, il y a une très grande différence vis-à-vis de ceux qui ont eu du mal. Je n'étais pas inquiet concernant la préparation des pneus, je savais que c'était simplement une question de temps. [...] Il y a plus à venir, je ne suis pas inquiet pour ma performance."

Avec Jonathan Noble

partages
commentaires

Related video

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull
Article précédent

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Article suivant

Une bonne nouvelle pour le GP de Mexico

Une bonne nouvelle pour le GP de Mexico
Charger les commentaires