Fernando Alonso surpris qu'on parle tant de son âge

Que pourra accomplir Fernando Alonso pour son retour en Formule 1 ? C'est difficile à dire, notamment en raison de son âge, mais d'après l'intéressé, ce facteur n'est pas pertinent.

Fernando Alonso surpris qu'on parle tant de son âge

À bientôt 40 ans, Fernando Alonso fait cette saison son retour en Formule 1 après deux années qu'il a passées dans diverses disciplines : Dakar, Endurance, IndyCar… Mais que peut-il vraiment viser ? On sait déjà que l'écurie Alpine ne sera pas aux avant-postes en 2021 en raison de la relative stabilité réglementaire, et de surcroît, aucun pilote aussi âgé que l'Espagnol n'a gagné le moindre Grand Prix au XXIe siècle. Pour autant, il n'est pas inquiet.

"Je sais qu'on m'interroge sans cesse sur mon âge mais je suis un peu surpris, car je ne suis pas si vieux", estime Alonso. "Le Champion du monde, qui domine la F1, a 35 ou 36 ans. Ce n'est pas comme si j'avais 20 ans de plus." Lewis Hamilton vient effectivement de fêter son 36e anniversaire et n'a que trois ans et demi de moins qu'Alonso, tandis que le doyen de la grille demeure Kimi Räikkönen, 41 ans et recordman du nombre de départs en Grand Prix.

Lire aussi :

Le pilote Alpine reconnaît toutefois qu'il n'est pas certain de retrouver le niveau qui a fait de lui l'un des meilleurs pilotes de sa génération : "Il n'y a pas de garanties. On est juste confiant de pouvoir réaliser ce que l'équipe attend de soi, mais il n'y a pas de garanties que je sois comme en 2018. Je l'espère !"

Fernando Alonso, Alpine A521

Pour cela, Alonso poursuit sa préparation, aussi bien côté physique que technique avec l'écurie. Les restrictions des essais hivernaux l'ont handicapé, puisqu'il n'a passé qu'une journée et demie au volant de la nouvelle Alpine A521, même s'il a fait quelques tests au volant de la Renault R.S.18 d'il y a trois ans auparavant.

"Cela prend toujours du temps, et je ne suis pas encore à 100%", admet-il. "C'est pareil pour beaucoup de pilotes qui ont changé d'équipe, et certains doivent s'adapter un peu à la nouvelle réglementation aéro, aux pneus. On se sent toujours plus à l'aise après cinq, six, voire quatre courses. Ce n'est pas différent pour moi. Je suis satisfait de notre situation actuelle, mais je pense que dans quelques courses, je me sentirai plus à l'aise. Même dans le cockpit et le baquet, nous faisons encore de petites modifications, une meilleure position. Voilà les choses que nous devons continuer d'ajuster."

Et si l'on connaît sa soif de victoire, Alonso affirme ne "pas vraiment" avoir fixé de délai pour la réussite de l'aventure Alpine, préférant se concentrer sur le rôle qu'il va jouer dans ce projet. "La Formule 1 et le sport en général ne sont pas une science exacte où l'on peut prédire l'avenir", souligne le double Champion du monde. "On essaie juste de rendre l'aventure aussi fun que possible, de prendre autant de plaisir que possible, et on travaille dur pour obtenir ces résultats et réaliser ces rêves que l'on a dans la tête. Ce n'est pas différent pour moi. J'essaie de réussir ce retour, de gagner des courses et d'être aussi compétitif que possible, mais pas avec un objectif ou un délai clair. Jusque-là, je prends du plaisir."

"Je n'ai pas d'objectif clair sur ce que je veux accomplir avec ce retour. Ce que je veux, c'est me mettre à l'épreuve et essayer d'aider l'équipe à ce moment important de cette transition de Renault à Alpine, et [contribuer] au bel avenir qu'a cette écurie pour les années à venir et la nouvelle réglementation. Je suis là pour aider l'équipe avec l'expérience et les connaissances que je pourrais avoir accumulées au fil des années et pour essayer de la faire monter en puissance. Nous adorons tous gagner, mais il n'y en a qu'un qui pourra le faire dimanche, et à la fin de l'année, un seul pourra devenir champion. C'est un objectif très difficile à fixer. Je serai satisfait et considérerai ça comme un succès si l'équipe et moi atteignons le sommet ensemble dans les prochaines années et devenons des candidats [à la victoire] plus tôt que tard."

Propos recueillis par Tom Howard 

partages
commentaires
Gasly et le "poids en moins" après sa tribune sur Anthoine Hubert
Article précédent

Gasly et le "poids en moins" après sa tribune sur Anthoine Hubert

Article suivant

Mohammed ben Sulayem est candidat à la présidence de la FIA

Mohammed ben Sulayem est candidat à la présidence de la FIA
Charger les commentaires