Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
23 Heures
:
17 Minutes
:
37 Secondes
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
14 jours

Ferrari va chercher l'appui aéro aux dépens de la V-max

partages
commentaires
Ferrari va chercher l'appui aéro aux dépens de la V-max
Par :
25 juin 2019 à 11:00

La Scuderia Ferrari compte changer de philosophie et sacrifier un peu de vitesse de pointe au profit de l'aérodynamique sur sa SF90.

Malgré des essais hivernaux prometteurs, Ferrari n'est que rarement parvenu à rivaliser avec Mercedes en cette saison 2019 de Formule 1. En qualifications notamment, les Flèches d'Argent totalisent six pole positions sur huit, avec un écart moyen de 0"384 à leur avantage par rapport aux  bolides rouges, et elles ont remporté tous les Grands Prix disputés cette saison.

Lire aussi :

Pourtant, l'unité de puissance au cheval cabré a désormais la réputation d'être plus performante, permettant une vitesse de pointe élevée, mais cela ne suffit pas. La Scuderia a donc apporté plusieurs évolutions au Circuit Paul Ricard : des ailerons avant et arrière, des écopes de frein et un nouveau fond plat (mais ce dernier n'a pas été conservé après les essais libres). L'écurie ne s'attendait pas à ce que sa performance en soit transcendée mais en a tiré des leçons quant au développement à mener pour le reste de la campagne.

Lorsque Motorsport.com lui demande dans quelle direction Ferrari se dirige dans ce domaine, le directeur d'équipe Mattia Binotto répond : "Je pense que nous recherchons, au final, davantage d'appui au détriment de la vitesse [de pointe]. Même si la voiture ne sera pas très efficiente, nous aurons davantage d'appui pour faire fonctionner les pneus. Ce sera la direction à adopter. Nous avons vu à quel point il était difficile de faire fonctionner les pneus [en qualifications au Paul Ricard, avec un déficit de six dixièmes et demi]. C'est quelque chose sur quoi nous nous concentrons."

Mattia Binotto, Team Principal Ferrari

Charles Leclerc et Sebastian Vettel n'ont finalement pas pu faire mieux que troisième et cinquième au Grand Prix de France, séparés par la Red Bull de Max Verstappen. "Je ne peux pas dire que c'était un week-end positif, mais ce n'est pas trop mal non plus, compte tenu des attentes initiales", ajoute Binotto.

"Nous ne pouvons pas être satisfaits. Nous ne pouvons l'être que quand nous sommes plus rapides que tous les concurrents. Mais nous nous attendions à un week-end difficile au Paul Ricard. Nous ne nous attendions pas du tout à y réduire l'écart. Nous avons apporté des évolutions, dont certaines ont bien marché, d'autres non. C'est toujours dommage quand quelque chose ne fonctionne pas. Nous avons du travail à faire dans ce domaine, mais cela montre que nous avons de la marge pour améliorer la voiture. Au moins, la direction que nous commençons à adopter est la bonne."

Propos recueillis par Scott Mitchell

Article suivant
Diaporama : l'Alfa Romeo Racing au Grand Prix de France

Article précédent

Diaporama : l'Alfa Romeo Racing au Grand Prix de France

Article suivant

Diaporama : le suisse Romain Grosjean au Grand Prix de France

Diaporama : le suisse Romain Grosjean au Grand Prix de France
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Benjamin Vinel