Ferrari aura besoin "de nombreuses années" pour revenir au sommet

partages
commentaires
Ferrari aura besoin "de nombreuses années" pour revenir au sommet
Par :

Mattia Binotto estime qu'il faut à Ferrari "de la patience et de la stabilité" pour retrouver les sommets en F1.

Préférant parler de "tempête" plutôt que de "crise", Mattia Binotto a néanmoins conscience que le ciel bleu n'est pas pour demain à Maranello. Ferrari vient de vivre un week-end cauchemardesque à Spa-Francorchamps, où Charles Leclerc et Sebastian Vettel n'ont jamais été en mesure de jouer une place dans le top 10. La Scuderia s'attend à souffrir également le week-end prochain à Monza, et ce n'est pas l'absence des tifosi – huis clos oblige – qui empêcherait un nouveau mauvais résultat de faire désordre.

Entre le manque de performance du moteur italien et les difficultés croissantes rencontrées sur la SF1000, notamment dans l'exploitation des gommes, la coupe est pleine. Pour le changement radical, il faudra toutefois se montrer patient, surtout avec le gel des châssis qui a été décidé entre en 2020 et 2021 en raison de la crise du coronavirus. Il va falloir travailler, faire le dos rond et patienter encore pour connaître des jours meilleurs… "Combien de temps cela prendra-t-il ? Je crois que si l'on regarde tous les cycles victorieux, ça prend toujours de nombreuses années", prévient Mattia Binotto. "Il n'y a pas de solution miracle en F1. Il faut de la patience et de la stabilité."

Lire aussi :

Derrière le discours du directeur de l'écurie italienne, il y a la volonté désormais à peine voilée de se concentrer au maximum sur 2022, qui marquera le tournant réglementaire de la F1 sur un plan technique. Une structure comme Ferrari ne peut toutefois pas se permettre d'enchaîner les week-ends désastreux comme celui du Grand Prix de Belgique, même pour préparer de meilleurs lendemains, et il est donc question de trouver le bon équilibre entre le maintien, tant que possible, d'un certain standing, et le fait de ne pas louper le virage décisif de la saison suivante.

"Le moteur est gelé cette saison, donc nous ne pouvons rien faire là-dessus", rappelle Binotto. "Nous le développons pour la saison prochaine et il progresse bien au banc d'essai actuellement. Concernant la voiture, il y a des restrictions, alors quel est notre projet ? Le plan principal est de se concentrer sur les prochaines saisons, pas seulement 2021 mais aussi 2022. Pour bien faire la saison prochaine, nous devons aussi essayer de comprendre quelles sont les faiblesses aujourd'hui, afin de faire en sorte de les corriger."

La perte de performance de l'unité de puissance Ferrari est devenue un thème récurrent devant la chute libre des résultats de la Scuderia. Inévitablement, l'accord secret passé avec la FIA est dans toutes les têtes. À Maranello, on ne nie pas que l'intervention de l'instance internationale a affecté les performances du bloc propulseur, mais on refuse de tout réduire à ce seul aspect. En perdant de la puissance, cela a exacerbé des faiblesses qui, jusqu'ici, étaient davantage masquées sur la monoplace rouge.

"Ce qui se passe, c'est que nous avons une voiture qui a perdu de la puissance, comme tous les motoristes en ont perdu", justifiait Binotto dimanche dernier. "Nous plus que les autres. L'année dernière, le moteur compensait partiellement les limites de l'auto, mais cette année, ce n'est plus le cas. Les limites de la monoplace émergent. Sur ce point, il est clair que nous devons progresser."

Red Bull ne songe pas à un nouvel échange entre Gasly et Albon

Article précédent

Red Bull ne songe pas à un nouvel échange entre Gasly et Albon

Article suivant

Ocon croit à la troisième place du championnat pour Renault

Ocon croit à la troisième place du championnat pour Renault
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Ferrari Races
Auteur Basile Davoine