Chez Ferrari, Sainz fait attention à ce qu'il dit

Carlos Sainz attache encore plus d'attention à sa communication depuis qu'il a rejoint la Scuderia Ferrari.

Chez Ferrari, Sainz fait attention à ce qu'il dit

On le sait, la Scuderia Ferrari est une institution en Italie. Les attentes y sont très élevées pour l'écurie la plus victorieuse de l'Histoire de la Formule 1 et les médias transalpins ne sont pas toujours tendres. Carlos Sainz, qui a débarqué à Maranello pour la saison 2021, ajuste son approche de communication en conséquence, même s'il lui faut manifestement un petit temps d'adaptation.

"C'est intéressant comme les petites actus peuvent être montées en épingle juste parce qu'on est Ferrari, ou qu'on en fait partie", souligne Sainz dans un entretien avec Motorsport.com. "En Italie, cela se produit beaucoup, et c'est quelque chose que je suis encore en train d'apprendre à gérer. Je suis encore en train d'apprendre comment parler de certaines manières, de me rendre compte que peut-être, si je dis les choses de cette manière au lieu de les dire d'une autre manière, cela peut faire les gros titres. En tant que pilote, je suis dans ce processus d'apprentissage pour savoir gérer ce genre de situation, car ce n'est pas facile du tout."

La pression est également supérieure face aux exigences des Tifosi, longtemps habitués à la victoire, mais qui n'ont plus connu le moindre titre mondial depuis 2008. "Il y a une responsabilité supplémentaire qui n'existe pas dans les autres équipes", confirme Sainz. "Le fait que l'on coure pour un pays est différent, vous savez. C'est comme si l'on jouait à la fois pour le Real Madrid et pour l'Espagne. Courir pour Ferrari signifie que l'on court pour Ferrari et pour l'Italie, et il faut en être conscient et assumer la responsabilité qui va avec."

La Scuderia a également la réputation d'avoir une équipe peut-être un peu moins internationale que la plupart de ses rivales, donnant la préférence aux Italiens – ou du moins à ceux capables de pratiquer leur langue – et le peuple le lui rend bien, l'entreprise ayant même été nommée l'employeur le plus attractif du pays en 2021.

Carlos Sainz tient toutefois à tordre le cou aux clichés. "Il y a une culture différente et des manières différentes de faire les choses", poursuit l'Espagnol. "Mais en même temps, les écuries de F1 modernes ont beaucoup convergé de nos jours en matière d'approche du travail, d'exigences et de professionnalisme. Il est vrai qu'il y a désormais beaucoup d'équipes multiculturelles."

Carlos Sainz Jr., Ferrari SF21 et un ingénieur Ferrari

"Même chez Ferrari, il y a plein d'Anglais et d'Américains. Même dans mon groupe d'ingénieurs, nous sommes un Américain, un Écossais, un Espagnol et un Italien. C'est le groupe avec lequel je dîne tous les jours. Cela montre juste que la F1 a beaucoup convergé. Mais il est clair que Ferrari a sa propre culture, qu'il faut comprendre, et sa propre manière de faire les choses, à laquelle il faut un peu s'adapter et voir comment elle fonctionne."

Une chose est sûre pour Sainz : même en courant pour cette écurie historique, avec laquelle il a déjà signé trois podiums et occupe la sixième place du championnat avec un demi-point d'avance sur son coéquipier Charles Leclerc, il n'a pas changé.

"Cela reste le même Carlos. Cela reste le même gars. Cela reste le même pilote, avec la même passion, avec le même talent, qui fait le job", assure Sainz. "C'est juste que je le fais pour Ferrari. C'est une responsabilité absolument immense, surtout quand on court en Italie. Quand on va à Monza, on se rend soudain compte de ce que c'est d'être pilote Ferrari. C'est encore plus monumental que ce que j'imaginais. Mais je reste le même Carlos, et rien ne change de ce côté-là."

Propos recueillis par Jonathan Noble

Voir aussi :

partages
commentaires
Les F1 2022 auront moins d'innovations comme le double diffuseur
Article précédent

Les F1 2022 auront moins d'innovations comme le double diffuseur

Article suivant

Aston Martin veut changer de livrée mais se heurte au poids minimum

Aston Martin veut changer de livrée mais se heurte au poids minimum
Charger les commentaires