Ferrari a récupéré "beaucoup de vitesse de pointe"

La Scuderia Ferrari a bon espoir d'avoir résolu ses problèmes de vitesse de pointe, qui lui ont coûté cher en 2020.

Ferrari a récupéré "beaucoup de vitesse de pointe"

La saison dernière en Formule 1, Ferrari a souffert, à la suite d'un accord confidentiel avec la FIA concernant son unité de puissance, litigieuse. Toutes les monoplaces propulsées par le cheval cabré souffraient d'un certain manque de vitesse de pointe, et la Scuderia a chuté à la sixième place du championnat, avec trois podiums seulement pour la monoplace baptisée SF1000 et ses pilotes, Charles Leclerc et Sebastian Vettel.

Lire aussi :

Les ingénieurs ont toutefois travaillé d'arrache-pied à Maranello pour tenter de résoudre ce souci sur la SF21, qui sera pilotée par Leclerc et Carlos Sainz. D'après Mattia Binotto, c'est probablement chose faite. "Je pense que l'an dernier le problème principal était la vitesse en ligne droite, pas seulement au niveau de la puissance mais aussi de la traînée", analyse le directeur de la Scuderia. "Nous avons beaucoup travaillé à la fois sur l'unité de puissance et sur l'aérodynamique de la voiture pour réduire sa traînée. Et d'après nos simulations actuelles, d'après ce que nous pouvons voir en matière de puissance au banc d'essai et de traînée en soufflerie, je pense que nous avons récupéré beaucoup de vitesse de pointe. Je m'attends donc à ce que ce ne soit pas un aussi gros problème qu'avant."

Lire aussi :

"Nous espérons être compétitifs, mais nous ne le saurons que lorsque nous serons à Bahreïn, car cela dépend toujours de ce que font les autres. Mais nous croyons que notre voiture est certainement plus efficace que celle de l'an dernier, et quand je dis efficace, c'est à la fois du point de vue de l'aéro et de l'unité de puissance."

Mattia Binotto, Team Principal Ferrari

Dans un contexte où les châssis font l'objet d'un gel depuis le 30 septembre dernier jusqu'au terme de la saison 2021, certes avec l'exception de deux jetons de développement par écurie, Binotto est toutefois bien conscient que Ferrari ne jouera pas forcément la victoire cette année.

"Étant donné la manière dont j'ai vu la voiture être développée à la fois en soufflerie et au banc d'essai, je pense que nous avons réalisé un effort significatif", poursuit-il. "Mais on ne peut pas savoir où l'on se situe si l'on n'est pas en piste, et je pense que ce sera important pour nous. Il nous faut être réaliste. L'écart avec les meilleurs était très important l'an dernier, ce n'est pas quelque chose que nous pouvons rattraper en un seul hiver."

La Scuderia va donc logiquement se focaliser sur la nouvelle réglementation technique prévue pour 2022. "Durant 2021, notre priorité va être de développer la voiture 2022", confirme l'Italien. "Ce sera l'objectif principal. Nous n'allons donc pas passer beaucoup de temps sur celle de 2021 durant la saison. Il y a toujours un compromis à trouver, ce que nous devrons faire à un moment ou à un autre. Mais la voiture 2022 représente un si grand changement qu'elle requiert un minimum d'exercices, de design, de projets à développer. La plupart des efforts y seront donc consacrés."

"C'est pourquoi le comportement de la voiture au tout début de la saison est très important, car ce sera peut-être le niveau de performance que nous verrons pour le reste de la saison. Comme je l'ai dit, nous savons quels progrès nous avons fait en soufflerie et au niveau de la puissance. Mais surtout, ce qui sera important, c'est ce que nous en faisons en piste – comment la voiture sera vraiment en piste par rapport aux attentes."

partages
commentaires

Related video

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance
Article précédent

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Article suivant

Leclerc aimerait faire les 24H du Mans avec Ferrari en Hypercar

Leclerc aimerait faire les 24H du Mans avec Ferrari en Hypercar
Charger les commentaires