Ferrari n'a pas encore vraiment résolu ses problèmes de pneus

Ne parvenant pas à exploiter ses pneus en course, la Scuderia Ferrari a fait un pas en avant dans ce domaine au Grand Prix de Styrie, mais le plus dur reste à faire.

Ferrari n'a pas encore vraiment résolu ses problèmes de pneus

Si la Formule 1 était un championnat de qualifications et non de courses, la Scuderia serait solidement installée à la troisième place du classement des constructeurs. Ferrari aurait engrangé 150 points lors des sept premiers Grands Prix au lieu des 94 réels, parfait symbole des problèmes rencontrés par l'écurie le dimanche. C'était tout particulièrement le cas au Circuit Paul Ricard, où les deux SF21 ont fini hors du top 10.

Lire aussi :

La cause ? Des pneus avant à la fenêtre de fonctionnement très étroite sur cette monoplace. Cependant, la situation s'est nettement améliorée et même inversée au Red Bull Ring où, une fois n'est pas coutume, le résultat s'est avéré meilleur en course qu'en qualifications : Carlos Sainz s'est propulsé de la douzième à la sixième place, tandis que Charles Leclerc, septième sur la grille, s'est retrouvé 18e à la fin du premier tour après un accrochage avec Pierre Gasly mais est remonté à cette même septième position grâce à un festival de dépassements.

De là à dire que les soucis de pneus de Ferrari sont réglés, il y a toutefois un pas que le directeur d'équipe Mattia Binotto se refuse à franchir. "Je ne pense pas que nous ayons complètement résolu le problème de la France, aucun doute là-dessus après toutes les analyses", commente Binotto. "Si l'on retournait en France, nous pourrions faire certaines choses différemment et y améliorer nos performances. Mais je pense que dans l'ensemble, la voiture a des faiblesses que nous devons résoudre pour cette année."

"Par exemple, quand nous allons à Silverstone, Silverstone peut être un circuit difficile pour nous. Ce sont des virages rapides avec beaucoup d'énergie dans les pneus. Le plus important pour nous, ce sont l'approche et la manière dont l'équipe a réagi en essayant de se préparer pour l'Autriche. Je pense que cela a bien fonctionné et je suis convaincu que même si Silverstone sera une difficulté pour nous, ce sera sans aucun doute mieux que la France."

La belle performance réalisée au Red Bull Ring est en tout cas source de satisfaction pour Charles Leclerc. "C'est vraiment un résultat du dur travail réalisé par l'équipe entre ces deux courses. Cela a vraiment joué un rôle, grâce à tout le travail qui a été fait. Mais c'est aussi en partie grâce aux caractéristiques de la piste qui semblent convenir assez bien à celles de la voiture ce week-end. Nous allons continuer à travailler très dur pour essayer de comprendre avec précision ce que nous avons réussi ici, afin de reproduire ce type de performance plus souvent à l'avenir", conclut le Monégasque.

partages
commentaires
Vasseur déplore la prolifération des directives techniques
Article précédent

Vasseur déplore la prolifération des directives techniques

Article suivant

L'AlphaTauri désormais "moins paresseuse dans les virages lents"

L'AlphaTauri désormais "moins paresseuse dans les virages lents"
Charger les commentaires