Ferrari a pris "des risques" avec son nouveau moteur

Mattia Binotto, directeur de la Scuderia Ferrari, a révélé que l'introduction du nouveau système hybride sur l'unité de puissance avait poussé l'écurie à prendre certains risques.

Ferrari a pris "des risques" avec son nouveau moteur

Afin de maximiser le développement avant la mise en place du gel des moteurs, en 2022, la Scuderia Ferrari a attendu jusqu'à la seconde moitié de la saison pour introduire certains composants du groupe propulseur 2021. Le feu vert a finalement été donné au Grand Prix de Russie, Charles Leclerc ayant eu l'honneur de rouler le premier avec le groupe propulseur muni du système hybride amélioré.

Son coéquipier Carlos Sainz a fait de même deux semaines plus tard, en Turquie. Et les performances du Monégasque et de l'Espagnol lors de ces deux épreuves ont fait comprendre au Cheval Cabré qu'il avait les armes pour triompher face à McLaren dans la lutte pour la troisième place du championnat constructeurs.

Mais l'introduction des améliorations ne s'est pas faite sans risque. Ainsi, comme l'a révélé Mattia Binotto, la Scuderia s'est mise en danger pour accumuler les connaissances avant le gel.

"Lorsque nous avons introduit [la nouvelle version du moteur] à Sotchi, l'objectif premier était d'essayer d'améliorer nos connaissances pour 2022", a expliqué le directeur d'équipe. "C'est pour cette raison que nous l'avons introduite le plus tôt possible, en se dépêchant et en prenant des risques également. Parce que nous devons accumuler les kilomètres sur la piste et conduire nos propres expériences avant 2022 et le gel des moteurs. Pour nous, c'était vraiment la clé."

Aujourd'hui, Ferrari et McLaren se tiennent en moins de huit points alors qu'il ne reste plus que six Grands Prix au calendrier, la moindre avancée en matière de performance faite par l'une ou l'autre équipe influencera donc l'ordre du classement général. Et si Binotto a reconnu que le gain de puissance du nouveau moteur n'était pas énorme, le directeur y a vu un bel avantage sur ses adversaires malgré tout.

"Cela nous procure un petit avantage, je ne veux pas le traduire en termes de temps au tour parce que cela varie selon le circuit", a poursuivi le directeur. "Il ne s'agit pas de la puissance pure du moteur à combustion interne mais du système de récupération d'énergie, donc c'est un peu complexe. Mais cela nous donne clairement un avantage : si vous regardez les qualifications de Charles [en Turquie], il était quatrième et, derrière lui, c'était très serré. Je suis certain qu'il n'aurait pas été si haut sur la grille s'il n'avait pas eu cette spécification moteur."

Lire aussi :

partages
commentaires
Les Qualifs Sprint confirmées à Interlagos

Article précédent

Les Qualifs Sprint confirmées à Interlagos

Article suivant

Norris "effrayé" par le manque de visibilité en Turquie

Norris "effrayé" par le manque de visibilité en Turquie
Charger les commentaires