La FIA autorise Alonso à participer aux essais d'Abu Dhabi

Fernando Alonso sera autorisé à participer aux essais d'Abu Dhabi dans deux semaines, une décision qui est loin d'amuser les écuries concurrentes de Renault...

La FIA autorise Alonso à participer aux essais d'Abu Dhabi

Fernando Alonso devrait continuer les préparatifs de son retour en Formule 1 avec Renault en participant aux essais prévus après le Grand Prix d'Abu Dhabi, initialement réservés aux jeunes pilotes. La FIA a ouvert la porte à une présence du pilote espagnol, fâchant au passage les écuries concurrentes, persuadées que l'équipe d'Enstone se procurera un avantage en faisant rouler son futur pilote.

Les essais d'Abu Dhabi devaient d'abord se faire avec des monoplaces modifiées pour s'équiper des futurs pneus 18 pouces. Tout a changé après le report d'un an de la future réglementation en raison de la crise du coronavirus. Ainsi, la session s'est transformée en une journée de roulage le mardi après le Grand Prix d'Abu Dhabi, réservée aux jeunes pilotes et avec deux monoplaces par écurie. Certaines équipes souhaitaient une annulation des essais avant de se mettre d'accord pour qu'ils profitent à des pilotes sans expérience, n'ayant pas participé à plus de deux Grands Prix de F1.

Lire aussi :

Après avoir enrôlé Fernando Alonso pour l'an prochain, Renault a commencé à faire du lobbying pour que le double Champion du monde puisse participer à ces essais. À ce jour, il a dû se contenter de 100 km à bord de la R.S.20 lors d'une journée de tournage à Barcelone, avant d'effectuer d'autres essais au volant de la R.S.18 d'il y a deux ans.

Lors des dernières réunions qui ont permis d'aborder la question du test d'Abu Dhabi, certaines écuries ont clairement manifesté leur opposition, principalement McLaren, Ferrari et Racing Point. Tous considèrent que Renault pourrait bénéficier d'un avantage en faisant rouler Alonso, celui-ci pouvant ainsi contribuer au développement de la monoplace pendant l'hiver.

"Je crois que le règlement dit que ça ne peut pas se faire avec des pilotes qui ont fait plus de deux Grands Prix", rappelait à Imola Andreas Seidl, directeur de McLaren. "Il y a l'opportunité pour la FIA, à sa discrétion, de faire des exceptions. Mais ça ne change pas la raison d'être de ces essais, qui sont destinés aux jeunes pilotes. Je pense donc qu'il n'y a pas grand-chose à discuter. Fernando est un grand pilote de F1, avec un grand palmarès. Et je ne vois pas vraiment comment il pourrait intégrer quelque chose qui est pour les jeunes pilotes."

L'opposition de McLaren n'a pas manqué de provoquer une certaine frustration chez Renault. "C'est une tentative habituelle de jouer à tous les petits jeux possibles", a estimé son directeur général Cyril Abiteboul. "Mais la plupart des équipes sont plus pragmatiques. Nous espérons juste que la FIA le sera. Renault fait beaucoup pour les jeunes pilotes."

Lors d'une réunion ce mercredi à Bahreïn avec les directeurs sportifs des écuries, le directeur de course Michael Masi a officiellement confirmé que les essais d'Abu Dhabi seraient moins restrictifs, à la suite d'une décision qui viendrait directement de Jean Todt, président de la FIA. Les essais ont en effet été étendus aux pilotes n'ayant pas couru en 2020, ce en plus d'Alonso chez Renault, permettrait à Sébastien Buemi de piloter chez Red Bull Racing et à Robert Kubica de rouler avec Alfa Romeo.

Cette décision contrarierait fortement la concurrence, principalement McLaren et Racing Point, qui ont décidé depuis longtemps de ne pas participer à ces tests, dans des conditions qui étaient auparavant définies différemment. Les deux écuries n'avaient pas de jeune pilote ayant besoin de temps de piste.

partages
commentaires
Comment l'équipement et une nouvelle norme ont sauvé Grosjean du feu
Article précédent

Comment l'équipement et une nouvelle norme ont sauvé Grosjean du feu

Article suivant

Grosjean n'a jamais vu Kvyat dans son rétroviseur

Grosjean n'a jamais vu Kvyat dans son rétroviseur
Charger les commentaires