Formule 1
14 août
Événement terminé
28 août
Événement terminé
04 sept.
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
C
GP de l'Eifel
11 oct.
Course dans
21 jours
23 oct.
Prochain événement dans
33 jours
31 oct.
Prochain événement dans
41 jours
13 nov.
Prochain événement dans
54 jours
04 déc.
Prochain événement dans
75 jours
C
GP d'Abu Dhabi
11 déc.
EL1 dans
82 jours

La FIA n'a pas enquêté sur les écopes Racing Point avant la saison

partages
commentaires
La FIA n'a pas enquêté sur les écopes Racing Point avant la saison
Par :

La FIA a indiqué ne pas avoir vérifié en détail les écopes de freins lors de son inspection à l'usine Racing Point avant le début de saison, alors que cette pièce est aujourd'hui au centre d'une investigation des commissaires du GP de Styrie.

Au soir du Grand Prix de Styrie, Renault a porté réclamation contre la Racing Point RP20, soupçonnant la monoplace de l'écurie de Silverstone de disposer d'écopes de freins qui pourraient reprendre le design de celles de la Mercedes W10 de 2019. Les commissaires et la FIA se sont emparés du dossier et ont d'ores et déjà saisi des pièces pour comparaison et enquête, dont les conclusions ne sont a priori pas attendues avant deux semaines.

Les doutes pesant sur la monoplace de Racing Point remontent au premier jour des essais hivernaux, quand des similitudes entre les deux F1 ont été constatées et même assumées par l'écurie, qui a affirmé avoir copié le concept 2019 de Mercedes en se basant principalement sur des photographies. Devant les réactions suscités, la FIA a diligenté une première enquête en permettant à Nikolas Tombazis, le responsable technique monoplace de la fédération, de visiter l'usine de la structure.

L'équipe lui a alors montré des preuves du travail de "rétro-ingénierie" effectué par le biais de photographies pour parvenir à un concept aérodynamique proche de celui de Mercedes. C'est d'ailleurs grâce à cette visite que Racing Point s'est targué, en réponse à la réclamation de Renault, d'avoir satisfait aux exigences de la FIA.

Lire aussi :

Toutefois, Tombazis a reconnu que si l'instance avait globalement approuvé la voiture, elle ne s'était à l'époque pas penchée en détail sur les écopes de freins. "Certaines équipes ont émis des doutes en février, et nous avons décidé d'enquêter avant l'Australie, et nous nous sommes rendus à l'usine de Racing Point", a-t-il déclaré ce vendredi en Hongrie.

"Nous nous sommes surtout concentrés sur le reste de la voiture, et non sur les écopes de freins, heureusement ou malheureusement. Le reste de la voiture était extrêmement similaire, et le reste de la voiture a été listé l'année dernière et cette année, donc il n'y avait pas d'excuses sous quelque forme que ce soit."

"Si le reste de la voiture avait été obtenu d'une manière ou d'une autre grâce aux informations de la CAO [conception assistée par ordinateur, ndlr], cela aurait été manifestement illégal. En fait, cela aurait impliqué Mercedes et Racing Point de manière très grave."

"Donc, quand nous sommes allés là-bas, nous nous sommes penchés sur cette question, nous avons surtout regardé le reste de la voiture, et nous avons été convaincus par ce que nous avons vu des explications de Racing Point sur leur processus de prise de photographie, et du fait que la rétro-ingénierie à partir des photos était très plausible. Je dirais même plus que ça : ils nous ont montré comment ils avaient tout fait et nous avons été convaincus qu'il s'agissait du procédé qui avait effectivement été utilisé."

"Donc, pendant la discussion hivernale, nous ne sommes pas entrés dans les détails des écopes de freins, à tort ou à raison, je ne dis pas nécessairement que c'était à raison. Avec le recul, nous aurions dû un peu plus nous pencher dessus, mais nous examinions la voiture dans son ensemble et les pièces qui faisaient traditionnellement partie des composantes listées."

Lire aussi :

Concernant les écopes en particulier, qui n'ont intégré la liste des pièces qu'une écurie doit elle-même concevoir que cette année, il a ajouté : "Nous avons assurément des opinions quant aux écopes, et nous en discutons également en interne car il y a des problématiques légales et réglementaires délicates à régler."

"Mais la réclamation de Renault se concentre spécifiquement sur ce qui constitue la pièce la plus compliquée de la problématique. L'aileron avant, le nez ou le diffuseur et tout ça, disons que c'est relativement simple, et c'est ce sur quoi nous nous sommes concentrés en premier en février et mars."

"S'il avait été découvert qu'ils avaient reçu des informations sur le diffuseur par exemple, alors les deux écuries, Mercedes et Racing Point, auraient eu de graves ennuis, je dirais."

Leclerc et Vettel notent du mieux pour Ferrari en Hongrie

Article précédent

Leclerc et Vettel notent du mieux pour Ferrari en Hongrie

Article suivant

Photos - Les F1 en piste et sous la pluie au Hungaroring

Photos - Les F1 en piste et sous la pluie au Hungaroring
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Racing Point
Auteur Fabien Gaillard