La FIA étudie le comportement du harnais dans l'accident de Sainz

La FIA cherche à comprendre si des améliorations peuvent être apportées au niveau du harnais en F1, après l'accident de Carlos Sainz à Monza.

La FIA étudie le comportement du harnais dans l'accident de Sainz

La FIA a bien l'intention d'étudier de près les conclusions qui peuvent être tirées de l'accident dont a été victime Carlos Sainz lors des essais libres du Grand Prix d'Italie, le week-end dernier à Monza. Parti à la faute dans la chicane Ascari en EL2, le pilote espagnol avait heurté violemment le mur de face et était sorti indemne de sa Ferrari. Néanmoins, les images de sa caméra embarquée ont suscité des interrogations puisque l'on a vu la tête du pilote être projetée assez loin en avant dans la dynamique de l'accident, en dépit du harnais et du système Hans.

Ferrari mène actuellement sa propre enquête sur ce crash en utilisant les données et les images fournies par les caméras haute vitesse imposées par la FIA dans le cockpit, ainsi qu'à l'aide de la télémétrie. L'écurie italienne veut avoir une compréhension complète de l'accident et de ses conséquences, et déterminer notamment s'il y a eu un contact entre le casque de Sainz et son volant. Dans le même temps, la FIA procède également à des investigations pour répondre aux questions autour de l'incident.

Si les images montrant à quel point Sainz a été projeté vers l'avant ont engendré une forme d'inquiétude ou d'étonnement, la FIA a d'ores et déjà tenu à se montrer rassurante. L'instance rappelle qu'il est normal et plus sûr d'avoir des harnais qui laissent une certaine marge au corps humain plutôt que de lui imposer une rigidité totale. Un élément a-t-il provoqué un étirement trop important du harnais ? "Peut-être", admet le directeur de course Michael Masi, "et essayons d'en tirer les leçons".

"Les ceintures sont faites pour s'étirer", explique-t-il. "Il y a un corps humain, donc il doit y avoir un peu de souplesse. On ne peut pas garder quelqu'un totalement entravé, il faut un peu de souplesse. Nous analyserons l'étirement des ceintures, comme nous le faisons pour tout accident majeur ou pour tout incident significatif comme celui-ci, et nous verrons ce que nous pouvons en tirer comme leçons. Peut-on améliorer les choses? Jetons-y un coup d'œil."

En revanche, aucun doute n'entoure le système Hans utilisé par Sainz, malgré les suspicions de certains observateurs sur le fait que celui-ci se soit désolidarisé. Les photos prises après l'accident montrent d'ailleurs qu'il était bien en place. "C'est juste que l'impact a été tellement énorme que ma tête est beaucoup partie en avant, et j'ai emmené le harnais avec moi, mais pas le Hans", assure Sainz.

La FIA entend maintenir sa démarche qui consiste à prendre le temps d'analyser chaque accident important qui peut survenir lors des week-ends de Grand Prix afin de faire progresser encore et toujours la sécurité générale.

"Je suis toujours encouragé par tous les dispositifs de sécurité et l'amélioration constante de la sécurité que nous avons", insiste Michael Masi. "On analyse l'accident de Carlos en EL2. Même si ça n'avait l'air de rien, l'impact était assez violent. Que ce soit le Halo, l'équipement, le design de la voiture, ou tout le reste, il y a toujours une évolution constante pour améliorer la sécurité dans son ensemble."

Lire aussi :

partages
commentaires
Ocon surpris et frustré par sa pénalité à Monza
Article précédent

Ocon surpris et frustré par sa pénalité à Monza

Article suivant

Aston Martin confirme Vettel et Stroll pour 2022

Aston Martin confirme Vettel et Stroll pour 2022
Charger les commentaires