La FIA va désormais mettre l'accent sur l'esthétique du Halo

Alors que le Halo a fait ses débuts en F2, s'apprête à les faire en F1 et les fera lors de la prochaine saison de Formule E, les instances dirigeantes de la discipline ont établi leurs axes de travail pour la seconde génération de cette protection.

La FIA va désormais mettre l'accent sur l'esthétique du Halo
Williams FW41
Laurent Mekies, directeur de la sécurité de la FIA, Charlie Whiting, directeur de course FIA, lors d'une conférence de presse sur le Halo
Le Halo de la nouvelle F2
Max Verstappen, Red Bull Racing, avec le Halo
Marcus Ericsson, Sauber C36 avec le Halo
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12 avec le Halo
Charlie Whiting et Laurent Mekies, FIA
Haas VF-18

Le Halo ne fait pas l'unanimité sur le plan esthétique, mais sa mise en place par la FIA répond avant tout à une problématique sécuritaire, en essayant de protéger encore plus les pilotes dans leur zone de faiblesse : le casque et les contacts avec des gros débris, prenant appui sur les accidents mortels de Henry Surtees et de Justin Wilson, percutés respectivement au casque par une roue et une pièce de l'avant d'une IndyCar.

Cet arceau, qui doit composer avec des forces très importantes lors des tests de résistance et qui a également pour objectif de résister au choc avec une voiture entière, a posé les bases de la protection telle qu'elle se présentera pour les prochaines saisons, sans pour autant figer son aspect moins attrayant que celui de solutions telles que le pare-brise testé par l'IndyCar.

La saison 2017 a été chargée sur le plan technique, avec la nécessité, avant une introduction rendue obligatoire pour 2018, de baliser la route sur le plan des homologations. Mais, à partir de maintenant, les instances vont pouvoir travailler à l'affinage du concept.

Ainsi, Laurent Mekies, responsable de la sécurité à la FIA, a expliqué pour RACER : "Nous avons deux objectifs principaux. L’un d’eux est le montant central, pour voir si nous pouvons avoir une réduction de l’épaisseur, pour des questions de visibilité. Et, deuxièmement, une meilleure intégration dans la voiture, c’est-à-dire au final une meilleure esthétique. Donc c’est ce que nous voudrions voir lors de la seconde étape."

"La réalité est que lors des derniers mois, nous avons essayé de passer d’un processus de prise de décision à son instauration. Donc il a fallu publier les standards du Halo, certifier les fournisseurs du Halo, que les fournisseurs du Halo fournissent des pièces certifiées, ce qui était au final une complexité de plus parce que nous n’avons pas seulement fait ça pour la F1 mais nous l’avons fait pour la F1, la F2 et la Formule E quasiment dans la même séquence."

"Désormais, nous sommes quelques mois plus tard et la situation est assez bonne. Le Halo a été fourni, nous avons maintenant trois fournisseurs homologués, donc nous allons pouvoir plus mettre l’accent sur la recherche dans la seconde phase."

partages
commentaires
Vidéo - La McLaren MCL33 à moteur Renault a démarré
Article précédent

Vidéo - La McLaren MCL33 à moteur Renault a démarré

Article suivant

Williams : Le discours sur les pilotes payants est "déplacé et inutile"

Williams : Le discours sur les pilotes payants est "déplacé et inutile"
Charger les commentaires