La FIA organise une réunion d'urgence sur les dépassements

La FIA va tenir une réunion urgente avec les responsables techniques de la Formule 1 à Bahreïn ce samedi pour discuter des moyens d'améliorer les dépassements en 2019.

Le meeting est une réponse directe au faible nombre de manœuvres du GP d'Australie, qui a entraîné de nouvelles critiques sur le manque de spectacle de la discipline. Cette rencontre a été mise en place rapidement car, dans un effort pour changer les choses en vue de la saison prochaine, en théorie les changements pour l'année suivante doivent être confirmés par la FIA avant le 30 avril.

Jusqu'à cette date, il suffit de la majorité pour modifier les règlements alors qu'à partir du 1er mai, tout changement devra être accepté à l'unanimité par les écuries, donc serait plus difficile à mettre en place.

Il semble que deux changements clés soient au centre des discussions ce samedi : au niveau de l'aileron avant, ce qui a émergé des recherches des experts de Liberty Media, et au niveau de l'arrière, pour ce qui semble être un concept FIA.

Ross Brawn a recruté une équipe d'aérodynamiciens – dirigée par l'ancien ingénieur Williams, Jason Sommerville – pour façonner la future réglementation, et l'augmentation du nombre de dépassements est un objectif clé pour le groupe.

La proposition pour l'arrière concerne seulement un plus grand flap supérieur pour l'aileron arrière, qui créerait un effet plus important au moment du déploiement du DRS. Cependant, cela ne règle pas le problème fondamental et actuel du haut niveau d'appui des voitures qui rend difficile le fait de pouvoir se suivre.

L'idée de Sommerville est d'améliorer la qualité du flux d'air vers la voiture derrière en simplifiant l'aileron avant. Cela impliquerait le retrait de certains éléments qui sont spécifiquement dessinés pour contrôler le flux d'air autour des roues avant.

C'est ce flux, qui débute avec l'aileron avant de la voiture qui précède et interagit avec les turbulences autour des roues avant, qui rend ensuite difficile pour la voiture qui suit de maintenir le contact. Retirer ces éléments ralentirait légèrement la monoplace de devant et permettrait à la suiveuse de se rapprocher.

Il semble que les deux idées puissent être incorporées dans le règlement 2019. "Je pense que ce qui va être proposé, [c'est] que les deux soient mis en place en 2019", a déclaré une source au sein d'une équipe à Motorsport.com.

"Je n'ai pas d'objection à faire les deux, tant que c'est fait dans un délai convenable et que nous avons les règlements à la fin du mois prochain ou quasiment. Je suis totalement pour essayer d'avancer à ce niveau-là, car c'est un problème assez important. Expérimentons et voyons ce qui fonctionne."

La FIA continue de rechercher des solutions à court terme pour 2018 en faisant des expériences avec les zone DRS, ayant ainsi fait le choix d'étendre la zone d'activation du dispositif de 100 m sur la ligne droite principale de Sakhir.

Même si l'attention est focalisée sur 2021, Brawn a récemment noté que les résultats étaient déjà suffisamment positifs pour envisager des changements avant cette échéance.

"Je suis très enthousiasmé par ce que je vois", a ainsi déclaré le Britannique dans une interview pour SiriusXM. "L'aileron avant est bien sûr une zone qui est cruciale pour deux aspects : au niveau des turbulences qu'il crée et puis au niveau de la sensibilité aux turbulences créées par la voiture qui est devant."

"Ce n'est pas la seule zone. Il y a toutes les pièces et les déflecteurs que l'on voit derrière les roues avant qui sont également aussi sensibles. Et il y a les zones à l'arrière du fond plat et à l'arrière sur le plan aérodynamique qui sont sensibles."

"Nous connaissons la chute du pourcentage de performance qui se produit quand une voiture approche d'une autre, et déjà nous avons trouvé des moyens d'améliorer cela en réduisant le flux perturbé en provenance de la voiture devant et en réduisant la sensibilité à ce flux de la voiture qui suit."

"Nous essayons de le faire d'une manière bien structurée et il s'agira de la solution que nous appliquerons pour 2021. Tout ce que nous pouvons apprendre entre-temps, dont nous estimons que ce sera sûr, juste et correct à mettre en place, nous le ferons."

Dans le même temps, une réunion séparée des directeurs techniques ce jeudi a approuvé différentes propositions pour 2019 qui étaient en discussion depuis plusieurs semaines. Elles comprennent un poids minimum de 80 kg pour les pilotes, une simplification de la zone des déflecteurs pour rendre meilleure la visibilité des logos de sponsors sur le châssis et des échappements plus bas qui ne puissent pas pointer vers le haut, conçus pour les empêcher d'avoir un effet aérodynamique.

En sus, les points d'attache du nez vont être renforcés après que ceux des Ferrari se sont déplacés lors de l'accident du Grand Prix de Singapour 2017.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités