Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse

La licence à points de la F1 n'a pas de défaut selon la FIA

Michael Masi, le directeur de course de la F1, est catégorique : il n'y a aucune raison de modifier la licence à points des pilotes en pleine saison.

Max Verstappen, Red Bull Racing RB16B, Lando Norris, McLaren MCL35M, Sergio Perez, Red Bull Racing RB16B, Lewis Hamilton, Mercedes W12, Valtteri Bottas, Mercedes W12, Pierre Gasly, AlphaTauri AT02 et le reste du peloton au départ

Andy Hone / Motorsport Images

Depuis 2014, tous les pilotes de Formule 1 disposent d'une licence à points. Jusqu'à 11 points de pénalité peuvent être accumulés sur une période de douze mois. Et une fois que les 12 unités sont atteintes, le coupable se voit être exclu pour le Grand Prix suivant. Les commissaires de la FIA se chargent de distribuer les points de pénalité en se basant sur une liste de potentielles infractions. Cela peut concerner une conduite dangereuse, un accident ou encore un non-respect des procédures. Ainsi, il est tout à fait possible qu'un pilote accumule suffisamment de points de pénalité liés à des petites infractions pour être dans l'obligation de manquer une course.

Jusqu'à présent, aucun pilote n'a atteint les douze points sur sa licence. Certains ont été très proches de l'exclusion, comme Romain Grosjean en 2018, Sebastian Vettel en 2019 ou encore Lando Norris cette saison. Pour avoir tassé Sergio Pérez au Grand Prix d'Autriche le week-end dernier, le pilote McLaren a reçu une pénalité de cinq secondes ainsi que l'ajout de deux points sur son permis, portant son total à 10.

Lire aussi :

Même si deux unités de pénalité expireront entre les GP d'Autriche et de Grande-Bretagne, prochaine destination au calendrier, Andreas Seidl, directeur de McLaren, a invité la FIA à revoir son système. "De mon point de vue, il faut une révision. Je pense que nous sommes tous d'accord pour dire qu'une exclusion à la suite d'un incident comme celui du GP d'Autriche n'est pas la bonne solution", a-t-il assuré.

Michael Masi a néanmoins révélé que le sujet avait été précédemment abordé avec les directeurs d'équipe, dont Andreas Seidl, qui avaient pris la décision de laisser le système inchangé. "C'est un système à points qui existe [hors de la F1], il n'est pas différent de ceux utilisés dans beaucoup de pays, où les automobilistes ont un nombre maximum de points à respecter et doivent adapter leur style de conduite en conséquence", a déclaré le directeur de course.

"Donc non, je ne pense pas que [les commissaires] soient sévères. On en a discuté à la fin de l'année dernière, cela a impliqué tout le monde – les équipes, la FIA et la F1 – et le consensus était de ne faire aucun changement pour [2021]. Ce n'est pas quelque chose que nous changerons en milieu d'année. Les équipes se sont mises d'accord et ont eu leur mot à dire sur le barème des pénalités, celui que les commissaires utilisent."

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Ocon veut un maximum de pièces neuves pour avoir "un doute en moins"
Article suivant Carlos Reutemann est dans un état grave

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse