La FIA prête à s'attaquer aux sous-vêtements des pilotes

Pour des raisons de sécurité, la FIA envisage de se montrer plus sévère sur les sous-vêtements portés par les pilotes.

George Russell, Mercedes-AMG

Vendredi, une fois les deux premières séances d'essais libres du Grand Prix d'Australie terminées, les pilotes se sont réunis pendant plus de deux heures à l'occasion d'un briefing conduit par Niels Wittich, directeur de course de la FIA pour cette épreuve. Parmi les sujets abordés, l'Allemand a expliqué que la FIA allait se montrer plus intransigeante sur les vêtements que les pilotes peuvent et ne peuvent pas porter sous leur combinaison.

Si l'on se fie à l'annexe L du Code Sportif International de la FIA, les pilotes sont dans l'obligation de porter des sous-vêtements longs, des gants, une cagoule, des chaussettes et des chaussures, tous homologués par la FIA et offrant une meilleure protection en cas d'incendie. Mais l'instance internationale craint suspecte certains pilotes de faire fi du règlement et portent leurs propres sous-vêtements, en matière synthétique, ce qui a motivé l'annonce de Wittich lors du briefing de Melbourne.

"[C'était] une discussion assez légère, avec de sérieuses questions de sécurité derrière", a confié à Sky Sports Oscar Piastri, qui faisait partie de la réunion en tant que pilote de réserve Alpine. "Quelques personnes étaient inquiètes pour diverses raisons que nous ne pouvons évoquer à la télévision. Mais des points intéressants ont été soulevés."

Lando Norris, Max Verstappen et Fernando Alonso parlent de combinaison

Lando Norris, Max Verstappen et Fernando Alonso parlent de combinaison

Si des contrôles de sous-vêtements seront mis en place à l'avenir, la FIA devrait accorder une période de répit aux pilotes réfractaires avant de sévir. Et ce n'est pas la première fois que la fédération jette un œil sous les combinaisons : en 2018, les pilotes de Formule E Lucas di Grassi, André Lotterer et Jean-Éric Vergne avaient tous dû régler une amende de 10 000 euros pour port de sous-vêtements non conformes au Code Sportif International.

Niels Wittich a été particulièrement occupé sur ce genre de questions cette semaine puisqu'outre ce long briefing et cette annonce, le directeur de course a rappelé aux pilotes en marge du Grand Prix d'Australie que le port de bijoux (piercings, chaînes, etc.) au volant d'une F1 n'était pas autorisé pour des raisons de sécurité, une règle en place dans la catégorie reine depuis 2005.

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent EL3 - Norris surprend, Aston Martin voit rouge
Article suivant Les relances après Safety Car dans le collimateur

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse