Sulayem va "dédier autant de temps que nécessaire" à la F1

Le nouveau président de la FIA, Mohammed ben Sulayem, a promis de dédier autant de temps que nécessaire à la Formule 1, afin de continuer à améliorer cette discipline.

Sulayem va "dédier autant de temps que nécessaire" à la F1

Mohammed ben Sulayem vient de succéder à Jean Todt à la présidence de la Fédération internationale de l'automobile, le Français ayant quitté son rôle au terme de son troisième mandat, après 12 ans au pouvoir. Alors que Sulayem se familiarise encore avec les dernières nouveautés en F1, notamment la nouvelle réglementation de 2022 et la polémique du Grand Prix d'Abu Dhabi, il sait combien de temps il doit consacrer à ce championnat en particulier.

"Je vais devoir dédier autant de temps que nécessaire à la Formule 1", reconnaît l'Émirati. "Je me suis rendu indépendant de mon travail, de tout ce qui m'éloignerait de la FIA. Ceci est une mission, ça ne va pas être du temps partiel, et je ne peux pas me baser aux Émirats arabes unis ou ailleurs. Je serai ici, en France. Je vais m'en tenir à ce que je prévois de faire et à ce que j'ai dit : cela va prendre beaucoup de temps. Combien de temps, je ne sais pas, mais autant que nécessaire."

L'arrivée de Sulayem comme président coïncide avec une réorganisation du staff technique de la F1, qui va rejoindre la FIA en provenance de Liberty Media, propriétaire du championnat. Ces changements sont importants, estime l'intéressé, afin de renforcer la capacité de la FIA à gouverner ce sport.

"Nous avons une équipe plus solide à la FIA", poursuit-il. "Et c'est ce que veut la F1. Notre département technique revient à la FIA, et nous devons mener la F1. Stefano [Domenicali, PDG de la F1] fait du super travail avec son équipe. L'audience de la F1 croît. Bref, nous allons devoir travailler avec la F1 elle-même, avec les promoteurs, avec les équipes et les pilotes également."

Sulayem veut par ailleurs éviter de sauter aux conclusions quant aux changements qu'il aimerait voir en F1, alors que les négociations sur la réglementation moteur 2026 atteignent un stade clé. Lorsque Motorsport.com lui demande s'il est satisfait de la direction que prévoit d'emprunter la F1, le président répond : "Même si j'ai participé au Conseil Mondial, les informations qui nous ont été données n'étaient pas très claires. Je dois étudier ça, tout d'abord, et je m'assurerai que mes vacances ne soient pas si longues."

"Je m'assurerai de lire ça et de me préparer, car on parle de l'avenir de la catégorie reine du sport automobile. Je dois écouter, je dois lire ça d'abord, notamment en écoutant l'avis des manufacturiers. Je ne peux donc pas vous dire dans quelle direction on se dirige à moins de lire et de savoir ce qui se passe, franchement. Si je dis quoi que ce soit maintenant, c'est à l'aveugle, alors il faut que j'y retourne avant de revenir vers vous. Donnez-moi quelques mois, et je répondrai à votre question clairement."

Lire aussi :

partages
commentaires
Vers une obligation vaccinale pour le personnel F1 en 2022
Article précédent

Vers une obligation vaccinale pour le personnel F1 en 2022

Article suivant

Quelle est la grille de départ idéale de la saison 2021 ?

Quelle est la grille de départ idéale de la saison 2021 ?
Charger les commentaires