La FIA travaille toujours sur le Halo malgré des pilotes divisés

partages
commentaires
La FIA travaille toujours sur le Halo malgré des pilotes divisés
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
2 févr. 2017 à 17:35

L'instance dirigeante de la Formule 1, la FIA, reste attachée à l'introduction en 2018 d'une protection du cockpit, et ce malgré des pilotes divisés au sujet du Halo.

Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09, avec le Halo
Felipe Massa, Williams FW38 avec le Halo
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team RS16 avec le Halo
Felipe Nasr, Sauber C35 avec le Halo
Pascal Wehrlein, Manor Racing MRT05 avec le Halo
Le Halo de Renault Sport F1 Team
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16 avec le Halo
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16 avec le Halo
Marcus Ericsson, Sauber C35 avec le Halo
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16 avec un Halo
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16 avec le Halo
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H avec le Halo
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11 avec le Halo
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H avec le Halo
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16 et Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H avec le Halo
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H avec le Halo
La Renault Sport F1 Team RS16 avec un Halo
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16 avec le Halo

Suite à un vote unanime du Groupe Stratégique de la F1 en juillet dernier pour retarder l'introduction du Halo d'un an, la FIA a travaillé sur l'approbation d'un concept qui dévierait les débris de la tête des pilotes dans le cas d'un accident.

Le Halo est actuellement le seul design qui a répondu aux crash-tests et qui a été testé sur des voitures, mais il nécessite toujours l'approbation formelle des équipes pour être inscrit dans le règlement 2018.

Selon les procédures de gouvernance de la F1, une majorité des équipes est toujours requise avant le 30 avril 2017 pour que le Halo soit introduit en 2018 ; après cette date, il faudra l'unanimité.

Cependant, un scénario alternatif pourrait se mettre en place où les équipes votent contre le projet mais où la FIA l'introduit tout de même unilatéralement en avançant des raisons de sécurité, comme cela lui est permis.

Les retours des pilotes

Avant de mettre au vote l'idée du Halo auprès des équipes lors des prochains mois, l'instance dirigeante a écrit aux pilotes de F1 le mois dernier pour récolter leurs points de vue sur la question.

La lettre, envoyée aux 22 pilotes qui ont testé le Halo en 2016, demandait aux pilotes de donner leur opinion sur le point de savoir si le dispositif était prêt à être introduit en compétition en 2018.

Si la FIA était prompte à demander l'opinion des pilotes, la réponse n'a pas été massivement favorable. Un porte-parole de la Fédération a confirmé : "Jusqu'ici nous avons reçu les réponses de 16 pilotes, et disons que l'opinion est divisée à 50/50. Certains sont clairement contre, certains sont clairement pour et certains ne prennent pas position."

Même si les retours peu enthousiastes ont rapidement laissé penser que le Halo était dorénavant en passe d'être abandonné, la FIA insiste sur le fait que des efforts sont toujours en cours pour qu'il soit introduit.

Le porte-parole d'ajouter : "Toute équipe ou tout pilote qui dit que le Halo n'arrivera pas en 2018 a tort, d'ailleurs techniquement le Groupe Stratégique s'est mis d'accord sur une 'Protection Frontale Additionnelle' pour 2018, et le Halo est le seul design qui convient pour le moment."

Des idées alternatives

Bien que l'idée d'Aeroscreen imaginé par Red Bull a connu un coup d'arrêt après ses échecs lors des crash-tests, la FIA continue d'analyser s'il subsiste ou non des solutions alternatives. En fait, le Groupe Stratégique, qui a voté en faveur d'une protection supplémentaire de la tête pour 2018, a été mandaté par la FIA pour chercher d'autres idées, ce qui a été fait.

"Le Groupe Stratégique a demandé à la FIA d'enquêter sur d'autres solutions qui n'ont pas les 'inconvénients' du Halo", a ajouté le porte-parole de la FIA.

 

"Vision vers l'avant, claustrophobie, sortie et extraction [du cockpit] ont toutes été citées comme problématiques par certains pilotes. Même si, comme nous avons dit auparavant, nous croyons vraiment que cela peut être surmonté pour la satisfaction de tout le monde."

"En vérité, nous pourrions même imaginer que tout le monde apprécie aussi quelque chose de plus plaisant sur le plan esthétique."

La réponse du GPDA

En dépit du fait que la Grand Prix Drivers' Association salue la décision de la FIA de consulter les pilotes, son président, Alex Wurz, insiste pour dire que le dernier mot sur l'avenir de la protection du cockpit devrait reposer entièrement sur l'instance dirigeante.

"Je suis encouragé par le fait que la FIA et les parties prenantes de la F1 incluent les pilotes dans le processus de prise de décision, chose qui est apparue récemment comme un point positif", explique-t-il à Motorsport.com.

"Mais les problèmes de sécurité sont et doivent être de la responsabilité de la FIA - c'est quelque chose que les pilotes m'ont exprimé de façon unanime dans une étude interne que nous avons menée auprès de tous les pilotes de F1 titulaires et réservistes."

"Nous respectons entièrement le rôle et la position de la FIA. Après tout, ce processus clair a bien fonctionné pendant des décennies et selon le GPDA, il ne devrait pas changer. Soyez assuré que le GPDA est très heureux et soutient les parties prenantes de notre sport quant à son avenir, ses fans, sa sécurité et sa durabilité."

Prochain article Formule 1
Vandoorne - Battre Alonso ne sera pas la priorité

Previous article

Vandoorne - Battre Alonso ne sera pas la priorité

Next article

Giovinazzi fait ses débuts avec Ferrari à Fiorano

Giovinazzi fait ses débuts avec Ferrari à Fiorano

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Actualités