La FIA valide le concept de Renault... et met en garde

Selon la FIA, Renault n'est pas dans l'illégalité avec son échappement incliné vers l'aileron arrière. L'instance internationale met toutefois en garde contre le recours à des modes moteur particuliers qui accentueraient le phénomène.

Lors des essais hivernaux organisés à Barcelone ces deux dernières semaines, Renault a attiré de nombreux regards sur l'arrière de sa monoplace. L'échappement de la R.S.18 a été incliné vers le haut, dans la limite permise par le Règlement Technique (5° par rapport à l'horizontale), afin que les gaz soient soufflés vers l'aileron arrière. Ce dernier a d'ailleurs été protégé de la chaleur avec un matériau spécial.

L'écurie française n'avait aucun doute quant à la légalité de son concept, mais quelques voix dissonantes l'auraient remis en question. Directeur de course de la FIA, Charlie Whiting a tranché le sujet en affirmant que le procédé était parfaitement légal. En revanche, il a été clairement indiqué que la recherche de modes moteur artificiels et spécialement destinés à accentuer le soufflage des gaz d'échappement vers l'aileron arrière serait vaine et interdite. 

"Je pense que ce qu'ils [Renault] en retirent est absolument minime", estime Charlie Whiting au sujet du concept mis en place par l'équipe d'Enstone. "Je ne vois aucun problème avec ça, à condition que nous soyons certains qu'ils n'utilisent pas un faux mode moteur, un mode qui ne serait pas normal." 

"Nous devons accepter qu'il y a toujours eu un effet d'échappement, mais c'était évidemment énorme en 2012 et 2013. Nous avons endigué ça et l'un des points de la réglementation pour 2014 [avec les moteurs turbo hybrides] était de s'assurer de ne pas avoir d'effet d'échappement, mais il doit y en avoir un petit. Nous devons faire avec, et nous verrons au cours de l'année si nous devons faire quelque chose pour le minimiser. Je dirais que le plus important, c'est qu'ils [Renault] ne fassent rien de fou, qui serait contre-nature avec les modes moteur."

Insatiables équipes !

Pour la saison 2018, la FIA a prononcé l'interdiction des "monkey seats" à l'arrière des F1, déjà dans le but de minimiser les possibilités de souffler les gaz d'échappement vers l'aileron arrière. Selon Charlie Whiting, il était inévitable que cette décision s'accompagne de la recherche d'autres astuces par les écuries afin de récupérer un peu de performance dans ce domaine. 

"L'année dernière, nous étions préoccupés par les échappements soufflés", précise le directeur de course de la FIA. "Avec des ailerons plus bas de 150 mm par rapport à 2016, il y avait davantage de bénéfices à engranger. C'est pourquoi nous avons placé l'échappement au centre et avec un angle minimum [d'inclinaison]."

"Les équipes ont réussi à concevoir des monkey seats, que nous sommes parvenus à supprimer en modifiant la réglementation. Mais il y a toujours une petite fenêtre avec une opportunité. On sait comment sont les équipes : si on enlève quelque chose, elles vont essayer de récupérer 10% de ce qu'elles avaient. Elles le feront toujours." 

Propos recueillis par Jonathan Noble

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team
Type d'article Actualités
Tags charlie whiting, fia