Formule 1
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Fiabilité : Ferrari veut qu'Alfa Romeo utilise les nouvelles pièces

partages
commentaires
Fiabilité : Ferrari veut qu'Alfa Romeo utilise les nouvelles pièces
Par :
19 avr. 2019 à 14:00

La Scuderia exhorte Alfa Romeo à utiliser la nouvelle unité de contrôle électronique, suite à une nouvelle défaillance sur le groupe propulseur Ferrari, cette fois pour Antonio Giovinazzi.

Si un court-circuit a coûté la victoire à Charles Leclerc au Grand Prix de Bahreïn, le Monégasque se retrouvant privé d'un cylindre, Ferrari n'a pas tardé à réagir en apportant une nouvelle unité de contrôle électronique dès la course suivante, en Chine.

"Nous l'avons changée car elle a eu une défaillance sur la voiture de Charles [Leclerc] à Bahreïn", confirme Mattia Binotto, directeur de la Scuderia. "Nous savons qu'il y avait des problèmes avec la spécification initiale de l'unité de contrôle électronique, donc nous l'avons changée pour une meilleure version – y compris sur la voiture de Seb [Vettel], par précaution."

Ces pièces ont donc été montées sur les deux SF90 ainsi que sur les Haas, mais cela n'a pas été le cas chez Alfa Romeo, où Antonio Giovinazzi n'avait quasiment pas roulé en Essais Libres 1 à cause d'une erreur d'installation moteur. Or, en Q1, l'Italien a subi la même défaillance que Leclerc. 

Lire aussi:

"Nous avons également demandé à nos équipes clientes de la changer", poursuit Binotto. "Haas l'a fait, mais Alfa ne l'a pas fait en raison de problèmes d'installation, ils ont trouvé ça trop compliqué, trop risqué. Par conséquent, Antonio Giovinazzi a encore eu un problème en qualifs. Espérons donc qu'ils la changeront dès que possible eux aussi."

Antonio Giovinazzi, Alfa Romeo Racing C38, devant Charles Leclerc, Ferrari SF90

Cette décision ne s'est donc pas avérée payante pour Alfa Romeo, d'autant que Giovinazzi a été équipé d'un deuxième exemplaire de l'ancienne unité de contrôle électronique en course, pour ne se classer que 15e. Seuls deux éléments de l'UCE peuvent être utilisés sans pénalité lors de la saison 2019.

Räikkönen perfectionniste

L'autre pilote Alfa Romeo, Kimi Räikkönen, a quant à lui accroché la neuvième place pour une troisième arrivée consécutive dans les points – au grand soulagement du directeur d'équipe Frédéric Vasseur, qui craignait une nouvelle défaillance de l'UCE – mais se désole de n'avoir pu faire mieux que 13e en qualifications.

"Généralement, je pense que nous avons été bons en course, mais nous partions d'un peu loin par rapport à notre vitesse, à mon avis", analyse le Champion du monde 2007 pour Motorsport.com. "Nous devons faire un samedi plus propre, mais aussi le week-end dans son ensemble, et nous assurer de tout faire à la perfection. Puis je pense que nous serons plus à l'avant, car je crois que nous avons la vitesse nécessaire. Là, nous passons notre course à essayer de rattraper notre retard parce que nous partons derrière." 

Lire aussi:

En tout cas, ces 12 points marqués en trois courses ne sont pas de nature à satisfaire l'homme aux 103 podiums en Formule 1. "On en veut toujours davantage. Voilà ce que nous avons, et être content ou pas ne change rien. Si nous tirions le meilleur de notre week-end, nous pourrions faire mieux", conclut Räikkönen.

Propos recueillis par Roberto Chinchero et Oleg Karpov

 

Article suivant
Ne manquez pas le GP d'Azerbaïdjan

Article précédent

Ne manquez pas le GP d'Azerbaïdjan

Article suivant

Brawn : Mercedes ne dominera pas la saison comme Williams en 1992

Brawn : Mercedes ne dominera pas la saison comme Williams en 1992
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen Boutique
Équipes Ferrari Races Boutique , Alfa Romeo Racing
Auteur Benjamin Vinel