Le film SCHUMACHER sur Netflix montre un Michael aux deux facettes

Quand Sebastian Vettel a récemment dit qu'il attendait avec impatience d'apprendre des choses dans le nouveau documentaire Netflix sur Michael Schumacher, on pouvait facilement croire qu'il allait être déçu.

Le film SCHUMACHER sur Netflix montre un Michael aux deux facettes

En effet, dans un monde où presque tout ce qu'a fait le septuple Champion du monde était sous les projecteurs des caméras de télévision et des médias, on imaginerait qu'il n'y a pas grand-chose de nouveau à apprendre sur sa vie et sa carrière. Mais il est impossible de ne pas changer de perception sur cette légende de la Formule 1 en regardant ce film de deux heures, qui a été réalisé avec la bénédiction de la famille Schumacher.

Qu'on l'adore ou qu'on le déteste pour ce qu'il semblait être en piste, le film Schumacher en dit beaucoup plus sur la personnalité de l'homme sous son casque, quand il était loin de la pitlane et du paddock.

En fait, le film expose deux aspects véritables de la vie de Schumacher. D'un côté, il y a l'histoire de la superstar mondiale qui a changé le cours de l'Histoire de la F1 en jouant un rôle majeur dans le retour de Ferrari aux avant-postes. De l'autre, il y a le père de famille qui a tout donné pour son épouse Corinna et ses enfants, Mick et Gina-Maria. Et à la fin, lors de son ultime chapitre en F1 avec Mercedes, c'est l'envie de passer du temps avec eux qui l'a éloigné de sa première passion.

Comme se le rappelle Sabine Kehm, qui gérait sa carrière, Schumacher avait l'habitude de dire lors de ces trois années chez Mercedes : "Qu'est-ce que je fais là ? Ma famille me manque. Pourquoi suis-je si loin ? Je me suis rendu compte que ce n'était pas aussi important qu'avant. Ma famille est plus importante désormais".

En coulisses

Pour les passionnés de F1, il y a énormément de choses attrayantes dans le documentaire. Tout d'abord, il y a beaucoup d'images de course des moments clés de sa carrière, Netflix ayant eu accès aux archives de la FOM. Cependant, le film ne s'appuie pas seulement sur ces vidéos. La préférence est souvent donnée aux images en coulisses, qui dévoilent de manière bien plus authentique qui était Schumacher et à quoi il faisait face à l'époque.

On y voit notamment la confrontation avec Ayrton Senna sur la grille au Grand Prix de France 1992, après qu'il a été percuté par le jeune Allemand dans le premier tour. Il y a aussi les moments avant le podium à Imola en 1994, où Flavio Briatore, patron de l'écurie Benetton, informe son pilote que Senna est dans le coma.

C'est dans des interviews télévisées après les événements d'Imola que nous voyons l'impact pur que ces morts ont eu sur Schumacher. On est bien loin du personnage inflexible, parfois distant, dont on faisait le portrait en week-end de Grand Prix.

Grâce à la contribution de pilotes comme Eddie Irvine, David Coulthard et Mark Webber, ainsi que de journalistes tels que Richard Williams et James Allen, sans oublier les membres de la famille Schumacher, nous découvrons qui était vraiment Michael.

Nous sommes témoins de l'ultra-compétitivité qui l'a animé dès le départ et tout au long de sa carrière en F1. Un jeune Schumacher explique qu'il a choisi de courir pour le Luxembourg plutôt que l'Allemagne dans les Championnats du monde Junior de karting car les qualifications étaient moins chères et qu'une défaite ne l'aurait pas privé d'une participation aux Championnats du monde…

Il y a également des références répétées au fait qu'il croyait dur comme fer qu'il ne commettait aucune faute en piste, un trait de caractère qui lui a joué des tours dans certains de ses moments les plus controversés.

Ross Brawn révèle que ce n'est qu'en regardant le ralenti de sa collision avec Jacques Villeneuve au Grand Prix d'Europe 1997 que Schumacher a réalisé qu'il avait mal agi. Et Coulthard se rappelle, lors d'une mise au point dans le bus de Bernie Ecclestone après leur accrochage au Grand Prix de Belgique 1998, que Schumacher avait refusé de reconnaître ses torts après qu'il ait foncé dans l'arrière de la McLaren. Coulthard avait demandé à Schumacher s'il avait déjà commis une erreur dans sa carrière, et le Baron rouge avait répondu : "Pas que je m'en souvienne."

Le père de famille

La majeure partie du documentaire se concentre sur les difficultés qu'a eues Schumacher à accepter son statut de superstar de la F1. Le président de la FIA, Jean Todt, qui est devenu un ami proche après leurs années de collaboration chez Ferrari, explique à quel point Schumacher s'est battu contre la célébrité. "Ne fais pas de moi une star", aurait-il dit lors de ses débuts dans la catégorie reine. Il était beaucoup plus heureux lorsqu'il retrouvait sa famille, et cela comprend à la fois Corinna et les enfants, et celle de Maranello.

Ce sont sûrement les mots de Corinna et de Mick qui sont les plus touchants, car ils expliquent à quel point leur vie est différente depuis l'accident de ski qui a causé de graves blessures à la tête du septuple Champion du monde et contre lesquelles il se bat encore aujourd'hui.

"Bien sûr que Michael me manque, tous les jours", lance Corinna. "Mais il ne manque pas qu'à moi. Les enfants, la famille, son père, tout le monde autour de lui. Je veux dire, Michael manque à tout le monde, mais Michael est là. [Il est] différent, mais il est là, et cela nous donne de la force."

"Nous sommes ensemble. Nous vivons ensemble à la maison. Nous avons des séances thérapeutiques. Nous faisons tout ce qui en notre pouvoir pour que Michael se sente mieux et pour s'assurer qu'il soit à l'aise. Et pour qu'il ressente notre famille, notre lien. Quoi qu'il arrive, je ferai tout mon possible. Nous le ferons tous."

Mick a toujours été très discret en public au sujet de son père, mais il évoque la brutalité de la situation dans les derniers instants du film lorsqu'il se remémore les nombreux beaux souvenirs partagés avec son père. "Depuis l'accident, ces expériences, ces moments que beaucoup de personnes ont avec leurs parents n'existent plus, ou peu", explique-t-il. "Et selon moi, c'est très injuste." Et concernant la possibilité de pouvoir parler de ses expériences en sport automobile avec son père, Mick dit simplement : "Je donnerais tout pour ça".

SCHUMACHER est disponible sur Netflix depuis ce mercredi 15 septembre.

partages
commentaires
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Article précédent

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Article suivant

Ça bouge chez Porsche et Volkswagen !

Ça bouge chez Porsche et Volkswagen !
Charger les commentaires