Finir la course sera une première victoire à Melbourne

Avant de penser à quelles monoplaces seront capables de terminer aux avant-postes le 16 mars prochain à Melbourne, il faudra sans doute répondre à une première question : quelles sont les équipes qui parviendront à voir le drapeau à damier ?Pour...

Avant de penser à quelles monoplaces seront capables de terminer aux avant-postes le 16 mars prochain à Melbourne, il faudra sans doute répondre à une première question : quelles sont les équipes qui parviendront à voir le drapeau à damier ?

Pour beaucoup, le Grand Prix d'Australie devrait se transformer en une véritable course à la fiabilité en raison de la nouvelle réglementation technique instaurée cette année. Les signes de fébrilité affichés par Renault durant la totalité des essais privés sont là pour le rappeler, alors que les équipes continuent d'essayer de se familiariser avec les nouvelles unités de puissance V6 turbo.

"Je crois que la moitié du peloton ne finira pas", prévient déjà Niki Lauda, président de l'écurie Mercedes AMG. "Tout simplement parce qu'il n'y a pas eu assez d'occasions de faire des essais."

Ce sentiment est largement partagé par Éric Boullier, qui imagine lui aussi un scénario avec seulement une dizaine de monoplaces à l'arrivée du Grand Prix d'Australie.

"En effet, la fiabilité sera un problème", confirme le nouvel homme fort de McLaren sur le site officiel de la Formule 1. "Nous verrons probablement plus de voitures s'arrêter que de voitures passer sous le drapeau à damier."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Niki Lauda
Équipes McLaren , Mercedes
Type d'article Actualités