Fittipaldi - Les pilotes F1 deviennent des robots

Les pilotes de Formule 1 seraient-ils transformés en robots par des équipes et des sponsors qui les empêchent d'être eux-mêmes? C'est en tout cas l'opinion d'Emerson Fittipaldi, double Champion du Monde.

Alors que des efforts sont faits pour que les pilotes soient à nouveau vus comme des héros, Fittipaldi pense que ce n'est pas la bonne image qui est donnée d'eux dans les médias.

"Je pense que la communication joue un grand rôle là-dedans," déclare le Brésilien dans une interview accordée à Motorsport.com"S'il y a un mot qu'il faudrait leur permettre, c'est 'liberté'. Aux États-Unis, tout le monde parle de 'liberté d'expression'."

"Si vous courez pour Ferrari, par exemple, avant la conférence de presse, on vous dira 'Tu ne peux pas dire ça' ou 'Tu ne devrais pas dire ça'. C'est de la merde! Suis-je un robot, ou suis-je une personnalité? Voilà ce qui manque."

Lors du récent sondage mondial du GPDA, 86% des fans ont exprimé leur désir de voir les pilotes être plus ouverts et honnêtes avec le public. 

Pas la faute des pilotes

Fittipaldi pense que si les pilotes ne peuvent plus dire ce qu'ils pense vraiment, ce n'est pas leur faute : la situation est provoquée par ceux qui essaient de les contrôler.

"Rosberg devrait avoir le droit de dire 'La vache, Mercedes a gâché ma course avec ses décisions, ces abrutis!' Ils devraient avoir le droit de dire tout ce qu'ils veulent. À la place, ils s'assoient, et quand on leur demande 'Comment s'est passé la course?', ils répondent juste 'Bien'."

"Ils ont besoin d'une personnalité. Le système ne va pas, ce n'est pas eux qui ne vont pas. Ce n'est pas leur faute. Il devrait y avoir une meilleure interaction entre le public et les pilotes, à mon avis.

Un changement culturel

Selon Fittipaldi, il faut que le changement vienne des équipes et des sponsors, qu'à la fois les écuries et les commanditaires soient plus détendus quant aux propos des pilotes.

"Les attachés de presse en F1, ils faudrait qu'ils laissent les pilotes parler davantage," estime le champion. "À mon époque, j'ai eu une relation commerciale de 20 ans avec Philip Morris, et je savais exactement quoi dire, mais je pouvais dire n'importe quoi. Cela me laissait exprimer ma personnalité. J'avais la liberté d'expression, et cela voulait tout dire."

"Ne le reprochez pas aux pilotes, parce qu'ils sont dans un environnement différent de celui de mon époque, mais cela devrait changer. Ils ne peuvent pas s'exprimer. C'est du sport, et l'atmosphère du sport ne devrait jamais être endommagée par ce que les athlètes sont autorisés à dire ou non," conclut Fittipaldi.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Emerson Fittipaldi
Type d'article Actualités
Tags comportement, fans, fittipaldi, gpda, pilotes