Flashback sur Monaco 2009

L'année 2009 est celle du changement de réglementation aérodynamique, de la domination de Button et de sa Brawn, et de l'émergence de l'écurie Red Bull en tant que team de pointe

L'année 2009 est celle du changement de réglementation aérodynamique, de la domination de Button et de sa Brawn, et de l'émergence de l'écurie Red Bull en tant que team de pointe. La grande surprise du weekend monégasque sera la sortie de piste d'Hamilton lors de la première partie de la séance de qualifications. Avec son talent et une monoplace équipée du KERS, le Britannique avait clairement une chance de partir de la première ligne de la grille : le rail l'a emportée avec lui! Preuve que Monaco ne pardonne rien...

2009

Suite à une formidable séance de qualification, Ferrari semble revenir au niveau des meilleurs en alignant Räikkönen sur la première ligne de la grille (2ème). Au départ, Barrichello (Brawn) passe le pilote finlandais ; le reste du peloton passe le premier tour sans encombres.

Très vite, les deux Brawn creusent l'écart. Vettel fait le bouchon et Hamilton remonte doucement dans la hiérarchie. Massa met la pression sur Vettel pour le gain de la 4ème place. Un véritable train s'est créé derrière le pilote Red Bull. Après avoir tenté de dépasser l'Allemand, Massa coupe la chicane à la sortie du tunnel. Le pilote Ferrari doit laisser filer Vettel. Rosberg, en embuscade, en profite pour passer le brésilien et pourchasser Vettel. Le pilote Red Bull rentre aux stands rapidement, après avoir vu ses pneus tendres s'effondrer d'un seul coup.

Au 11ème tour, Buemi tire tout droit au premier freinage et harponne Piquet. Tous deux abandonnent, pour la plus grande frustration de Piquet, qui, sous la colère, se plaint "des jeunes pilotes"... Revenu juste derrière un Barrichello en difficultés avec ses gommes tendres, Räikkönen rentre finalement aux stands pour changer de pneus et se recharger en carburant. Peu après, Vettel tape le mur de pneus à Sainte-Dévote et abandonne. Button amorce la valse des arrêts aux stands. Tous les pilotes s’arrêtent. L'ordre change peu. Kubica renonce pour la 4ème fois en 4 courses au 29ème tour.

La course prend un visage très particulier pendant une trentaine de tours. Les voitures entrent dans une procession entre les rails du circuit monégasque, les deux Brawn devant les deux Ferrari. Kovalainen part en travers à la chicane de la Piscine et tape le rail. C’est l’abandon. Webber, Rosberg et Bourdais se retrouvent en difficultés avec leurs pneus, de la même façon que Vettel en début de course. Nakajima met fin à toutes ses chances de signer un bon résultat en partant en glissade à Mirabeau et abandonne, au 77ème et avant-dernier tour.

Au final, rien n'est donc venu perturber la marche en avant des Brawn et Ferrari. L'ex-écurie Honda de Ross Brawn signe un nouveau doublé et une cinquième victoire en six courses. Ferrari place ses deux monoplaces en 3ème et 4ème position. Webber termine 5ème, devant Rosberg et Alonso, qui, malgré un rythme très élevé en fin de Grand Prix, ne parvint pas à revenir sur les monoplaces devant lui. Il échoue à moins de 2 secondes de la Williams. Bourdais conserve le point de la 8ème place sous la pression de Fisichella.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Ross Brawn
Équipes Williams , Ferrari
Type d'article Actualités