Force India - Un rythme de développement "phénoménal" en 2017

partages
commentaires
Force India - Un rythme de développement
Adam Cooper
Par : Adam Cooper
Traduit par: Fabien Gaillard
12 déc. 2016 à 14:45

Le directeur adjoint de l'équipe Force India, Bob Fernley, s'attend à voir un rythme de développement "phénoménal" la saison prochaine, à mesure que les équipes se familiariseront avec les nouvelles règles.

Robert Fernley, Sahara Force India F1 Team et Niki Lauda
Robert Fernley, directeur adjoint Sahara Force India F1 Team
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H, Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12, Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid mène au départ
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09

Fernley a déclaré que son équipe était optimiste quant au fait d'avoir un bon package au début de la saison, mais il concède qu'il ne sera pas facile de sa battre avec les grosses structures.

"Je suis très optimiste pour l'année prochaine", a-t-il expliqué à Motorsport.com. "Je pense que notre équipe a prouvé être très compétente, et je ne vois aucune raison pour laquelle ils ne pourraient pas faire un très bon travail en 2017. Jusqu'à ce que nous sachions ce que les autres ont fait, il n'est pas possible de juger, mais ils sont optimistes quant au fait qu'ils produisent un bon design."

"Les présentations des voitures vont évidemment nous donner une idée de la hiérarchie. Là où les plus grosses équipes ont l'avantage sur les équipes indépendantes, c'est qu'elles seront capables de commencer à lancer leurs évolutions très rapidement. Nous n'avons pas les ressources pour faire cela aussi vite."

"Mais les avancées que nous ferons seront mesurées et j'espère que nous serons capables d'être avec eux, plus ou moins. Nous ne devons pas sous-estimer la vitesse de développement des voitures de 2017. Ça sera phénoménal, certainement, dans les trois ou quatre premiers mois de la saison."

"Je pense que ça sera très serré l'année prochaine. Probablement que des gens comme Williams, McLaren, Force India... je pense que nous serons tous tournés vers la lutte pour la quatrième place. Et, selon ce que feront les trois grosses [écuries], si l'une d'elles commet une erreur quelque part, elle sera avec nous."

2016 n'a pas compromis 2017

Fernley est catégorique sur le fait que son équipe ne s'est pas trop impliquée dans la voiture 2016 afin de pouvoir battre Williams pour la quatrième place des constructeurs, et donc que le développement pour la saison prochaine n'a pas été compromis.

"Nous n'avons rien mis dans la voiture de 2016 qui allait au-delà de ce que nous faisions déjà. Le programme 2016 n'a pas compromis le programme 2017. Nous étions très clairs sur le moment où la bascule devait avoir lieu."

"Nous travaillons sur la voiture de l'année prochaine depuis un moment. Beaucoup de la performance qui a été extraite de la voiture 2016 était latente, et nous savions cela. Il était juste question de l'extraire."

"À certains égards, je suis assez excité concernant 2017, parce qu'une des bonnes choses que nous avons fait pour pouvoir avoir un plateau resserré est que nous avons fait introduire les limitations actuelles de soufflerie et de CFD."

"Même si nous avons toujours un désavantage en raison de l'investissement que les plus grosses équipes ont fait dans leur soufflerie, nous sommes plus proches que jamais d'un plateau nivelé. On a un temps limité dans lequel il faut travailler."

Article suivant
Pourquoi Bottas serait le bon choix pour Mercedes

Article précédent

Pourquoi Bottas serait le bon choix pour Mercedes

Article suivant

Vers une Ferrari 2017 à la limite de l'interprétation du règlement ?

Vers une Ferrari 2017 à la limite de l'interprétation du règlement ?
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Force India
Auteur Adam Cooper