Gasly : "Partir 11e ou 12e" sera un avantage à Bakou

En raison de la forte dégradation des pneumatiques prévue au Grand Prix d'Azerbaïdjan, Pierre Gasly a révélé qu'un départ hors du top 10 serait "ennuyeux" mais lui permettrait de s'élancer avec un libre choix de gommes.

Gasly : "Partir 11e ou 12e" sera un avantage à Bakou

Depuis ses premiers tours de roue, l'AlphaTauri AT02 de Pierre Gasly a été relativement performante. Cependant, il a été difficile de transformer ce potentiel en points jusqu'à présent. Malgré de belles qualifications, le meilleur résultat du pilote français cette saison est une sixième place au Grand Prix de Monaco. Interrogé par Motorsport.com, Gasly révèle que l'impossibilité d'entrer dans le top 5 en course s'explique par plusieurs "surqualifications", l'AT02 boxant plus facilement au-dessus de sa catégorie le samedi.

"Honnêtement, je pense que le début de la saison a été très bon", assure-t-il. "Je pense que nous avons dépassé nos attentes le samedi à plusieurs occasions. Ferrari et McLaren ont une voiture plus rapide mais nous avons réussi à les battre en qualifications. Évidemment, il y a beaucoup de tours en course, donc la hiérarchie se remet toujours en place."

"Nous avons terminé septième à Imola, dixième à Portimão et à Barcelone, ce qui, je pense, est à peu près notre véritable position. Et puis à Monaco, je pense que nous avons fait une excellente course. Le plus important pour nous est de marquer des points régulièrement et de faire en sorte que tout soit exécuté parfaitement, parce qu'un écart d'un ou deux points va faire une grande différence dans notre lutte au classement général."

Lire aussi :

Pierre Gasly aborde le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison, à la neuvième place du classement pilotes. Et dans les rues de Bakou, le Français aura une belle opportunité à saisir. La configuration de la piste, comprenant une très longue ligne droite, favorise les dépassements, le spectacle... et bien sûr, les accidents. Il n'est donc pas rare de voir plusieurs apparitions de la voiture de sécurité ou de voir des pilotes signer des résultats surprenants, à l'instar du podium de Lance Stroll en 2017.

De plus, le choix pour cette course du composé C5, le plus tendre de la gamme Pirelli, pourrait pousser les pilotes à effectuer plusieurs arrêts, les gommes se dégradant assez rapidement. Serait-il donc préférable de se qualifier en Q2 avec des gommes mediums au risque d'être surclassé par ceux chaussés de gommes tendres ? À demi-mot, le pilote AlphaTauri reconnaît qu'une élimination en Q2 pourrait se révéler être très avantageuse au moment de la course.

"Ça ne va pas être facile avec les [pneus] tendres parce qu'ils vont se dégrader très vite, surtout avec les températures très chaudes", explique-t-il. "On veut toujours maximiser sa place en qualifications. C'est ennuyeux mais ça pourrait être un avantage de partir onzième ou douzième. Mais ce n'est pas quelque chose que l'on peut calculer avant les qualifications. Ça ne va pas être facile mais d'abord nous allons nous concentrer sur les qualifications, voir où nous nous situons et ensuite évaluer ce qui sera le mieux pour la course."

"Nous savons que Bakou est rempli d'opportunités parce que les courses sont souvent folles avec cette longue ligne droite. Les qualifications sont beaucoup moins importantes que sur d'autres circuits comme Barcelone, Monaco, où il est vraiment difficile de doubler. Ici, c'est super facile de doubler. Les voitures de sécurité peuvent redistribuer les cartes. C'est le genre de Grand Prix où vous savez que jusqu'au drapeau à damier, tout peut arriver. Donc il est important de rallier l'arrivée et d'être prêt pour dimanche."

partages
commentaires

Related video

Hamilton : "À chaud, on ne dit pas toujours les meilleures choses"
Article précédent

Hamilton : "À chaud, on ne dit pas toujours les meilleures choses"

Article suivant

Pirelli : "Plus d'action" à Bakou grâce aux pneus tendres

Pirelli : "Plus d'action" à Bakou grâce aux pneus tendres
Charger les commentaires