Gasly : "C'était plus comme piloter en Rallycross qu'en F1"

partages
commentaires
Gasly : "C'était plus comme piloter en Rallycross qu'en F1"
Par :
2 juil. 2018 à 07:00

Pierre Gasly a échoué à la porte des points lors du Grand Prix d'Autriche. Sa course a malheureusement pris une mauvaise tournure suite à un accrochage avec Stoffel Vandoorne dès le premier tour.

Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Pierre Gasly, Toro Rosso
Pierre Gasly, Toro Rosso STR13, en route vers la grille
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Pierre Gasly, Toro Rosso, examine son casque
Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso STR13
Brendon Hartley, Toro Rosso STR13, devant Fernando Alonso, McLaren MCL33
Brendon Hartley, Toro Rosso, sur la grille
Brendon Hartley, Toro Rosso STR13, devant Fernando Alonso, McLaren MCL33
Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso STR13
Brendon Hartley, Toro Rosso STR13

Onzième du Grand Prix d'Autriche, Pierre Gasly n'est pas passé loin d'accrocher des points sur le Red Bull Ring, où il aurait pu profiter d'une course chaotique et à élimination. Malheureusement pour le pilote français, la fin de course ne lui a pas souri, et il s'est incliné successivement face à Sergio Pérez, puis surtout face aux deux Sauber de Charles Leclerc et Marcus Ericsson.

Gasly estime toutefois que ce n'est pas dans cette fin de Grand Prix qu'il a perdu l'occasion de briller dimanche, mais dans le premier tour. Peu après l'extinction des feux, sa Toro Rosso a été harponnée par Stoffel Vandoorne, qui a brisé son aileron avant dans l'aventure. Le Français a pu continuer, mais avec une monoplace blessée, qui avait perdu des éléments de son fond plat et dont la suspension était endommagée. 

"Franchement, c'était pour moi une des courses les plus dures que j'aie jamais eues, car après le contact au virage 3 avec Stoffel, la suspension arrière était tordue et j'ai perdu la moitié du fond plat à l'arrière", raconte Pierre Gasly. "À partir de là, je glissais partout et je me battais énormément avec la voiture."

"J'ai eu de la chance d'aller au bout, car je suis sorti de la piste près d'une vingtaine de fois en course, en essayant de garder le cap. J'ai tout donné mais franchement, c'était davantage comme piloter en Rallycross qu'en Formule 1, c'était assez dur."

Vandoorne a échappé à une sanction des commissaires, qui n'ont d'ailleurs pas ouvert d'enquête sur cet incident du premier tour. Pour Gasly, le pilote McLaren est incontestablement fautif, tout en admettant qu'il s'agit sans aucun doute d'une erreur de jugement.

"J'avais Lance [Stroll] à ma droite et je crois qu'il avait lui-même Hülkenberg à côté de lui, nous étions quatre de front en quelque sorte, et la piste n'était donc pas suffisamment large", décrit Gasly. "Je sais que Stoffel a probablement fait une erreur de jugement, ou quelque chose comme ça. Je sais qu'il ne l'a pas fait volontairement, mais il ne fait aucun doute que ça m'a énormément affecté pour le reste de la course."

Pour Toro Rosso, il s'agit d'une occasion manquée à plus d'un titre, car les nombreux abandons auraient pu permettre d'aller chercher des points importants. Au lieu de ça, l'écurie italienne repart avec un zéro pointé et sent même le souffle de Sauber se rapprocher au championnat constructeurs. Avec trois points supplémentaires, l'écurie suisse n'est plus qu'à trois unités de la huitième place.

"La performance était affectée, je glissais dans chaque virage, et ça a aussi détruit mes pneus", déplore Gasly. "C'est vraiment dommage car quand on voit Hamilton, Bottas et Daniel [Ricciardo] qui abandonnent, il y avait une grosse opportunité. Dans des conditions normales, la huitième position était facilement accessible pour nous."

Hartley a cru aux points

Toro Rosso n'a pas pu non plus compter sur Brendon Hartley pour envisager les points, en dépit de la belle course réalisée par le Néo-Zélandais alors qu'il partait dernier après avoir subi des pénalités moteur.

"Nous avons fait quelques changements sur l'équilibre aéro par rapport aux qualifications, donc je me sentais bien mieux dans la voiture", souligne Hartley. "Lors de la première partie de course, j'ai eu du mal par rapport aux Sauber, mais avec l'usure des pneus, la voiture a repris vie et j'étais plus fort. Les points étaient durs à atteindre, mais je me battais avec Ericsson et il a terminé neuvième, donc c'est un peu décevant de voir ça !"

Hartley a en effet été trahi par sa mécanique après le bris d'un élément à l'arrière de sa STR13 : "Je pensais d'abord que c'était une crevaison, car je sentais quelque chose bouger à l'arrière, mais je ne suis pas totalement sûr de ce qu'est le problème."

Article suivant
Alonso signe une huitième place "complètement inattendue"

Article précédent

Alonso signe une huitième place "complètement inattendue"

Article suivant

Mercedes explique l'erreur stratégique avec Hamilton sous VSC

Mercedes explique l'erreur stratégique avec Hamilton sous VSC
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Autriche
Catégorie Course
Lieu Red Bull Ring
Pilotes Pierre Gasly , Brendon Hartley
Équipes Toro Rosso Boutique
Auteur Basile Davoine
Soyez le premier à recevoir toute l'actu