Gasly : "Je ne crains rien, à moi de faire ma place"

partages
commentaires
Gasly :
Par : Basile Davoine
7 déc. 2018 à 09:15

Après deux journées d'essais privés qui ont marqué son intégration définitive à l'écurie Red Bull, le pilote français évoque le défi qui l'attend en 2019, la place qu'il aura à se faire aux côtés de Max Verstappen ainsi que ses relations avec Helmut Marko.

La semaine dernière, Pierre Gasly est devenu un pilote Red Bull Racing à part entière. Au terme de sa première saison complète en Formule 1 avec Toro Rosso, le Français a intégré l'écurie mère à l'occasion des essais Pirelli d'Abu Dhabi. Et si la RB14 dont il a pris le volant ne préfigure rien de ce que sera la future monoplace équipée du bloc Honda, le travail interne pour adopter l'environnement d'un top team a pu débuter.

Promu dans l'équipe autrichienne pour pallier le départ de Daniel Ricciardo chez Renault, Pierre Gasly a conscience de passer dans un autre monde encore. Mais alors que la F1 est entrée dans l'hiver et que les simulateurs tournent à plein régime à Milton Keynes, l'impatience guette déjà.

"Je suis excité. Je n'ai qu'une hâte, c'est que ça commence", reconnaît Pierre Gasly, invité sur le plateau d'Infosport+. "C'est sûr que pour moi, c'est un gros pas en avant dans ma carrière, mais c'est exactement là où je veux être. Mes ambitions en Formule 1 sont forcément très élevées, et depuis que je suis tout petit, mon seul objectif est de devenir Champion du monde de F1 un jour."

"Je ne suis qu'au début de ma carrière, il va falloir que je continue de progresser, de me développer, de prendre de l'expérience. L'année prochaine ne sera que ma deuxième saison en Formule 1, donc je sais que j'ai encore beaucoup appris cette année et qu'il va falloir continuer l'année prochaine. Mais être dans une voiture aussi compétitive, c'est vraiment un très beau challenge. Ils ont été quatre fois Champions du monde avec Sebastian Vettel. Je vais continuer de progresser, tout donner, et on verra ce qu'il est possible d'atteindre l'année prochaine, mais c'est un pas plus proche de mon objectif final qui est d'être Champion du monde de F1 un jour."

Lire aussi :

S'adapter à un top team, faire face à la pression et aux attentes, découvrir sa nouvelle équipe : autant de défis logiques et inévitables pour un pilote qui va se frotter au plus haut niveau. Inévitable également, le fait de devoir se mesurer à un coéquipier rude, déjà bien en place dans l'écurie et dont la réputation n'est plus à faire en la personne de Max Verstappen.

"Je ne crains rien, c'est à moi de faire ma place dans l'écurie", prévient Pierre Gasly. "C'est sûr que Max a une forte personnalité, il est ancré dans l'équipe, il a un peu plus d'expérience que moi. Il a plus d'expérience dans l'équipe. Il est la personne qu'il est, ce sera à moi de faire ma place dans l'équipe. Je ne suis pas comme Daniel [Ricciardo], je suis quelqu'un de différent ; je ne suis pas comme Max, j'ai ma propre personnalité. Ce sera à moi de prendre le temps de faire ma place dans l'écurie."

Gasly a gagné le respect de Marko

Pierre Gasly, Toro Rosso, félicité par Helmut Marko, Consultant, Red Bull Racing

Pour faire face à une telle situation, Gasly a pour lui le fait d'avoir déjà traversé des épreuves compliquées dans son ascension au sein du giron Red Bull. Comme d'autres avant lui, il a fallu composer avec la poigne d'un Helmut Marko intraitable, qui ne l'a pas toujours épargné par le passé, mais dont il estime avoir gagné la confiance.

"C'est le boss du programme Red Bull, c'est lui qui est venu me chercher en 2013 pour m'intégrer au programme Red Bull, c'est lui qui a amené Sebastian Vettel en Formule 1, Max Verstappen, qui amène un peu tous les jeunes en F1", rappelle Gasly. "C'est sûr qu'il n'est pas tendre, mais il sait donner la chance aux jeunes pilotes. Il l'a fait avec moi, il l'a fait chez Toro Rosso. Ils me font confiance pour aller chez Red Bull la saison prochaine."

"C'est surtout pour ça que, maintenant, on a une très bonne relation avec Helmut : je n'ai jamais eu de manager. J'ai dû confronter Helmut directement à moi-même, donc c'est sûr que quand on a 17 ans et que l'on est en face de quelqu'un comme ça, de temps en temps c'est impressionnant. J'ai toujours démontré l'envie que j'avais, ma motivation et ma détermination pour atteindre mes objectifs et décrocher les choses que je voulais. Je pense qu'il a apprécié. Il sait me mettre beaucoup de pression, il va continuer à m'en mettre, et c'est normal, mais je pense que maintenant, il me respecte grâce à ça."

Lire aussi :

Un respect gagné également auprès des observateurs les plus hauts placés, tels qu'Alain Prost. Le quadruple Champion du monde fait partie de ceux qui estiment logique et légitime la promotion de Pierre Gasly chez Red Bull, tout en considérant qu'il est suffisamment armé pour répondre aux attentes fortes qui pèseront sur lui.

"Quand il a fallu faire des résultats, il les a faits", répond Prost au micro d'Infosport+. "Le week-end de Bahreïn a été quand même assez incroyable, personne ne s'y attendait, même pas lui je pense. Il y a des moments comme ça, des week-ends où une voiture marche sans trop savoir pourquoi, car je crois qu'ils n'ont jamais vraiment compris. Mais il n'a jamais raté la moindre opportunité. Il est solide, il a un contact très facile, donc pour l'instant c'est un sans-faute."

Article suivant
Hamilton : La F1 doit résoudre ses problèmes "fondamentaux" en course

Article précédent

Hamilton : La F1 doit résoudre ses problèmes "fondamentaux" en course

Article suivant

Mercedes admet un "contretemps" avec son moteur 2019

Mercedes admet un "contretemps" avec son moteur 2019
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Pierre Gasly
Équipes Red Bull Racing Boutique
Auteur Basile Davoine