Gasly veut une surveillance "plus juste" des limites de piste

Frustré par l'annulation de son meilleur temps lors de la Q1 du Grand Prix de Hongrie, Pierre Gasly a parlé aux directeurs de courses de la F1 de l'amélioration de la manière dont les limites de piste sont contrôlées.

Lors des qualifications du GP de Hongrie, Pierre Gasly semblait bien parti pour se hisser en Q2 lorsque son meilleur temps a été annulé pour dépassement des limites de piste au virage 5. La direction de course utilisait dans cette partie du circuit des caméras de sécurité. Le Français a été éliminé et classé 19e de la séance.

En Q2, dans le même virage, Sergio Pérez a d'abord vu un temps être annulé, mais cette décision a finalement été inversée après que la réalisation internationale a filmé la scène et démontré que la Red Bull du Mexicain n'avait pas totalement franchi la ligne blanche.

Gasly s'est finalement élancé en 20e place, AlphaTauri ayant stratégiquement décidé de monter un nouveau moteur sur sa monoplace, avant de terminer 12e de l'épreuve. Pas suffisant pour lui faire oublier la frustration de la situation de la veille. "J'en suis encore assez furieux", a-t-il répondu lorsque Motorsport.com lui a demandé quel impact la pénalité avait eu sur sa stratégie.

"Parce que d'après ce que j'ai vu, dans les e-mails que j'ai vus, il est très discutable de savoir si j'étais sur la piste ou hors piste. Des choses similaires sont arrivées à Yuki [Tsunoda] et Checo, et d'après les caméras embarquées, ils étaient clairement sur la piste. Mais de toute façon, c'était fait."

"Et de notre position, en partant de l'arrière, j'étais content d'essayer de comprendre un peu plus notre package, parce que pour le moment, nous savons que nous n'avons pas affiché la performance que nous devrions. Et ce n'est toujours pas génial, mais au moins il y a quelques bons signes de performance."

Pierre Gasly, AlphaTauri AT03

Pierre Gasly, AlphaTauri AT03

Gasly a révélé qu'il avait auparavant eu une longue discussion avec les directeurs de course Niels Wittich et Eduardo Freitas sur la question des limites de piste, qui est un sujet régulier dans les briefings des pilotes de la FIA et les réunions du GPDA ces dernières semaines.

"J'ai passé 40 minutes avec Niels et Eduardo [dimanche] matin pour essayer de discuter et de trouver un moyen pour que tout le monde soit plus heureux. En ce moment, ils ont une énorme quantité de travail. Ils ne se rendent pas la vie très facile. Il est clair que dans ce virage 5, ils n'avaient pas les bons outils pour contrôler la situation de la manière la plus juste possible."

"Nous avons simplement parlé des solutions à mettre en place pour avoir une façon plus cohérente de contrôler ça et s'assurer que cela va dans la bonne direction. Ils étaient très ouverts, je pense, et attendaient un retour. Et je vais contacter tous les pilotes pour voir si, au cours des prochaines semaines, nous pouvons essayer de trouver un moyen de leur fournir des solutions pour améliorer la situation."

Le vainqueur du GP d'Italie 2020 a souligné que Pérez a eu de la chance que des images supplémentaires émergent et finissent par le disculper, alors qu'il n'y en avait aucune qui montrait son infraction. "Oui, ils utilisaient la vidéosurveillance et dans mon cas, il n'y avait rien d'autre. Checo avait ses caméras embarquées. Pour je ne sais quelle raison, j'avais une caméra sur le casque, ce qui ne permettait à aucune autre caméra de vérifier si j'étais sur la piste ou pas. J'ai vu les images, et pour moi c'était discutable."

"Pour moi, soit vous avez les bons outils pour surveiller de la manière la plus juste, soit vous ne devriez pas le faire. Et c'est ce dont nous avons discuté. Je sais que pour l'année prochaine, ils envisagent déjà différentes options, mais malheureusement, c'est moi qui ai payé les conséquences de ce qui se passe cette saison."

Lire aussi :
partages
commentaires
Ricciardo juge sa pénalité "complètement justifiée"
Article précédent

Ricciardo juge sa pénalité "complètement justifiée"

Article suivant

Bottas : Alfa Romeo doit "redresser la barre sur la fiabilité"

Bottas : Alfa Romeo doit "redresser la barre sur la fiabilité"