Russell ravi de son podium, qu'importe la manière

La pluie a offert à George Russell son premier podium sur un plateau, et le pilote Williams ne va pas s'en plaindre.

Russell ravi de son podium, qu'importe la manière

Voilà sept ans que Williams n'avait pas fini un Grand Prix à la deuxième place, depuis l'ultime manche de la saison 2014, où l'écurie avait placé ses deux pilotes sur le podium. George Russell vient de mettre un terme à cette période de vache maigre dans les circonstances les plus inhabituelles qui soient.

Lire aussi :

Auteur d'une performance phénoménale en qualifications avec la deuxième place au volant de sa FW43B, Russell a simplement profité du fait que la moitié des points soit attribuée au-delà de deux tours de course. Car trois tours de course derrière la voiture de sécurité, c'est tout ce qu'il y a eu cet après-midi à Spa-Francorchamps en raison d'une pluie qui a empêché le Grand Prix de se dérouler normalement, pour des raisons de sécurité. Faire ces trois tours permettrait d'entériner le résultat, et le Britannique n'avait qu'à rester sur la piste pour signer la deuxième place.

Ainsi, lorsqu'il lui est suggéré que la manière d'atteindre le podium n'importe pas, Russell acquiesce : "Peu importe !" Il ajoute : "Nous ne sommes pas souvent récompensés pour les super qualifications, et nous l'avons absolument été aujourd'hui. Nous allons fêter ça un peu ce soir, j'en suis sûr. Toute l'équipe le mérite car elle a travaillé extrêmement dur ces dernières années sans en être vraiment récompensée. Nous étions vraiment au top hier et nous voilà sur le podium ! Je peux vous dire que je ne m'attendais pas à ça cette année, ça c'est sûr !"

Max Verstappen, Red Bull Racing

Le son de cloche est différent du côté du poleman et vainqueur Max Verstappen, qui tend à délégitimer ce résultat obtenu sans le moindre mètre parcouru sous drapeau vert. "C'est clair qu'avec le recul, il était très important d'obtenir cette pole position. Bien sûr, c'est vraiment dommage de ne pas avoir fait de vrais tours, mais les conditions étaient très délicates en piste. À 15h30, j'ai proposé d'y aller, je pense que les conditions étaient correctes, mais la visibilité était très faible. Je pense que si nous avions démarré à 15h, nous aurions eu de meilleures chances. Après ça, c'est resté très humide et il a plu sans cesse. C'est une victoire, mais on ne veut pas gagner ainsi."

Dans les deux cas, l'opération comptable est excellente : Williams marque dix points (neuf avec Russell, un avec Nicholas Latifi) et creuse un écart de 17 longueurs sur Alfa Romeo, tandis que Verstappen grappille cinq points sur le leader du championnat, Lewis Hamilton, qui n'a plus que trois unités d'avance. Cela ne paraît-il pas injuste ? "C'est ainsi que le règlement est écrit. Je pense qu'ils voulaient un résultat", se défend le Néerlandais au micro de Sky Sports F1.

"Il nous faut continuer à travailler dur, continuer à s'efforcer de réduire l'écart et évidemment de passer devant. Il nous reste quelques courses pour ce faire. Et je suis convaincu que nous avons une bonne voiture, il nous faut juste continuer d'essayer d'en tirer un peu plus de performance", ajoute le Néerlandais. Mais encore faut-il que le résultat soit bel et bien entériné, car en raison du drapeau rouge, le classement est pris au terme du premier tour. Et il faut en parcourir plus de deux pour attribuer les points…

Russell et Verstappen ont en tout cas exprimé leur compassion vis-à-vis des spectateurs qui ont passé des heures sous la pluie à attendre une course qui n'a jamais réellement eu lieu. "Ce sont eux les plus grands vainqueurs aujourd'hui", a lancé Verstappen dans une formulation qui se voulait probablement réconfortante mais que l'on peinerait presque à prendre au sérieux…

partages
commentaires
Championnat - Verstappen-Hamilton, le retour des demi-points !

Article précédent

Championnat - Verstappen-Hamilton, le retour des demi-points !

Article suivant

Hamilton : Un "mauvais choix" de faire 2 tours mais "l'argent est roi"

Hamilton : Un "mauvais choix" de faire 2 tours mais "l'argent est roi"
Charger les commentaires