Russell : Le règlement 2022 est "une tout autre histoire"

George Russell déclare que son travail dans le simulateur sur la Williams de 2022 montre que la Formule 1 sera une "tout autre histoire" avec la nouvelle réglementation technique.

Russell : Le règlement 2022 est "une tout autre histoire"

L'an prochain aura lieu le plus grand changement technique en Formule 1 depuis l'arrivée des unités de puissance V6 hybrides en 2014, avec une refonte du design des monoplaces et de la performance aérodynamique. Les voitures seront plusieurs secondes au tour plus lentes mais devraient permettre de meilleures batailles en course.

Lire aussi :

George Russell a déclaré la semaine dernière qu'il n'était "pas énormément" impliqué dans le développement de la voiture 2022 mais qu'il avait déjà effectué du travail sur le simulateur montrant à quel point la prochaine saison sera différente.

"Il est vraiment très tôt, nous sommes juste en train de poser les bases", a détaillé le pilote Williams. "J'imagine que du côté du pilotage, on donne seulement un feedback constant de la voiture de cette année, concernant ce que l'on veut de la voiture de l'an prochain. Mais c'est une tout autre histoire. Je crois que l'an prochain sera probablement l'un des plus grands changements de réglementation de tous les temps en Formule 1."

"Pour l'instant, j'imagine que c'est pareil pour toutes les équipes, qui essaient de prendre leurs marques et de comprendre où est-ce qu'elles peuvent exploiter et trouver davantage de performance. Mais avant de prendre la piste aux premiers essais l'an prochain, personne ne va avoir la moindre idée [de ce qu'il en sera]."

Quant à savoir comment la Formule 1 va alors évoluer : "Je pense que le principal indicateur est que les voitures seront plus lentes, mais elles devraient certainement se battre plus facilement, ce qui est vraiment ce que nous voulons tous. Et ensuite, je pense que ce sera plus bénéfique pour les pneus, car il y aura moins d'air sale, et les pneus surchaufferont probablement moins."

"Nous avons aussi les pneus 18 pouces. Simuler tout cela – un énorme changement aérodynamique, les pneus 18 pouces, la manière dont cela affecte la dynamique du véhicule – à ce stade, sans avoir fait le moindre tour en piste pour rassembler les vraies données, c'est difficile. J'imagine que cela dépend de la qualité de la corrélation de l'équipe."

"Si une équipe a une bonne corrélation entre la CFD et la soufflerie, puis en piste, avec quelque chose d'aussi drastique, elle devrait être en très bonne position. Ces équipes peuvent probablement faire vraiment confiance à leurs chiffres, tandis que celles qui ne peuvent pas faire autant confiance à leurs chiffres seront légèrement en difficulté. C'est un si grand changement ! C'est trop tôt pour tirer des conclusions."

Une contribution du pilote "très importante" selon Leclerc

Charles Leclerc, quant à lui, a souligné le rôle majeur que peuvent jouer les pilotes à ce stade dans le développement des monoplaces 2022. "C'est difficile car pour l'instant ce ne sont que des chiffres et des prévisions, mais nous pouvons certainement donner notre feedback, surtout dans le simulateur. Nous avons l'opportunité de le faire, ayant un très bon simulateur chez Ferrari, et nous pouvons essayer différentes choses sur ce simulateur. La contribution du pilote est très, très importante."

"Quant aux autres choses, il est très, très tôt pour que nous disions quoi que ce soit. Tout ce que nous pouvons faire, c'est essayer de travailler de la meilleure manière possible, essayer d'expliquer quelles sont les faiblesses de la voiture de cette année et pourquoi nous avons ces faiblesses, et essayer de réduire ces erreurs pour la voiture de l'an prochain, même si le projet est complètement différent."

"Nous avons donc une assez grande contribution sur le simulateur, nous pouvons participer grandement – et aussi avec le feedback de cette année – pour essayer d'aider l'équipe à travailler dans la bonne direction, et pour qu'elle sache exactement ce dont nous avons besoin pour aller vite", a conclu le Monégasque.

partages
commentaires
Leclerc serait prêt à "sacrifier 2021 pour être compétitif en 2022"
Article précédent

Leclerc serait prêt à "sacrifier 2021 pour être compétitif en 2022"

Article suivant

Les expérimentations sur le fond plat Ferrari qui ont fini par payer

Les expérimentations sur le fond plat Ferrari qui ont fini par payer
Charger les commentaires