Glock revient sur le Grand Prix de Chine

Comment réagissez-vous à votre septième place et aux deux points que vous avez récoltés à Shanghai ? C'est un résultat satisfaisant dans la mesure où le début a été laborieux

Comment réagissez-vous à votre septième place et aux deux points que vous avez récoltés à Shanghai ?
C'est un résultat satisfaisant dans la mesure où le début a été laborieux. Nous avons eu beaucoup de travail pour améliorer les réglages. Je n'étais pas content après les essais qualificatifs, mais je me suis vraiment bagarré très dur pendant la course. De plus notre stratégie était parfaite. Finir dans les points alors qu'on s'élance de la douzième place et que le niveau de compétitivité du plateau de la Formule 1 est aussi élevé qu'en ce moment, le défi est de taille. Alors je peux m'estimer heureux.

Quels ont été les défis à relever en début de week-end ?


Dès vendredi, nous avions des problèmes d'équilibre du comportement de la monoplace et il me semble que je n'ai pas réussi à les résoudre entièrement. Lors des Grands Prix précédents au Mont Fuji et à Singapour, notre rythme était relativement régulier et soutenu dès le vendredi, mais pas en Chine. C'était un peu bizarre dans la mesure où la piste aurait dû nous convenir assez bien. Plus particulièrement, j'ai trouvé que je ne pouvais pas tirer le maximum des pneus tendres, ce qui explique mon résultat en qualifications.

Avez-vous réussi votre départ ?


Je me suis relativement bien débrouillé mais Rubens Barrichello qui était derrière moi m'a dépassé dans la confusion du départ, au premier virage. Jarno a été heurté par Sébastien Bourdais ce qui m'a permis de gagner deux places, mais je n'aime pas vraiment cela, surtout lorsque c'est au détriment de son coéquipier.

Avez-vous pris un bon rythme dès le début ?


En fait, ça a été assez difficile, car nous avions opté pour une stratégie à un arrêt et donc nous étions très lourdement chargés en essence. En fait, c'est moi qui ai fait le plus long relais en couvrant 32 tours. Ma voiture était très lourde au début et j'ai dû me bagarrer un peu pour chauffer les pneumatiques. Je n'ai rien pu faire pour contrer le dépassement de Mark Webber au deuxième tour, car il était plus court de 20 tours que moi en essence sur le premier relais ! À la fin du premier relais, ma voiture était légère, mais je n'ai pu l'exploiter à fond, car j'étais bloqué derrière Nick Heidfeld. Je n'étais qu'à huit secondes de Robert Kubica en fin de course et je pense qu'on aurait pu lui ravir la sixième place.

La stratégie à un arrêt était-elle la bonne ?


Notre objectif a toujours été de marquer des points, mais je savais que ce serait difficile en s'élançant de la douzième place. Par conséquent, la stratégie à un arrêt était définitivement celle à adopter. Évidemment, avec une voiture lourde au début de chaque relais, les choses sont assez risquées, mais mon temps au tour était compétitif, puis la voiture s'allégeant au fil des tours, j'ai pu prouver mon véritable rythme. La tour le plus rapide que j'ai signé me positionnait en sixième place, ce qui prouve que nous étions rapides. Finir septième en s'élançant de la 12ème place montre que nous avions opté pour la bonne stratégie.

Avez-vous apprécié votre voyage marathon en Extrême Orient ?


Ce fut intéressant. Le rendez-vous de Shanghai était grandiose et très bon pour la Formule 1. C'est toujours intéressant de voir des cultures différentes comme celles de Singapour, du Japon ou de la Chine. Mais cela fait près de quatre semaines et demie que je suis parti et j'ai maintenant vraiment hâte de me retrouver chez moi, sans parler de mon envie de goûter à nouveau à la nourriture européenne et de conduire ma Lexus ISF !

Quel bilan pouvez-vous dresser de votre saison à un Grand Prix de la fin de celle-ci ?


J'y ai vraiment pris beaucoup de plaisir. J'ai connu des hauts et des bas, et j'ai parfois connu la malchance. Mais si je regarde le côté positif des choses, j'ai bien progressé tout au long de cette saison et je suis globalement satisfait. J'ai deux points d'avance sur les vingt que je m'étais assigné comme objectif, ce qui est très positif. Mon caractère ambitieux me pousse à toujours vouloir être en tête, donc j'entretiens toujours une certaine pression interne. En tout cas, l'équipe toute entière –que ce soit les personnes sur les circuits, celles des essais ou encore celles de l'usine– m'a toujours apporté son soutien. L'équipe a toujours été professionnelle et elle a tout fait pour m'aider. C'est bon de savoir qu'ils sont tous derrière moi et je pense que la saison 2009 sera encore meilleure pour nous.

Source : Toyota F1

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Rubens Barrichello , Mark Webber , Nick Heidfeld , Sébastien Bourdais , Robert Kubica
Type d'article Actualités