Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
23 Heures
:
20 Minutes
:
14 Secondes
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
14 jours

Le Grand Prix d’Espagne dans le rétroviseur

partages
commentaires
Le Grand Prix d’Espagne dans le rétroviseur
Par :
8 mai 2019 à 16:07

Le Grand Prix d’Espagne occupe une place de choix au calendrier de Formule 1, car il est souvent premier Grand Prix européen de la saison. La première édition en "9" remonte à 1969, il y a 50 ans de cela.

1969 - Catastrophes dans le parc de Montjuïc

Jochen Rindt, Lotus

Jochen Rindt, Lotus

Photo de: David Phipps

Le Grand Prix de 1969 est organisé sur le tracé urbain de 3,791 km qui serpente dans le parc de Montjuïc à Barcelone. Le monde de la F1 applique certains principes aérodynamiques mal maîtrisés et les voitures sont munies d’ailerons hauts perchés, souvent fragiles. Jochen Rindt installe sa Lotus 49B en pole position, sa première chez Lotus. Il devance la Ferrari 312/69 de Chris Amon et l’autre Lotus, celle de Graham Hill. Seulement 15 voitures sont inscrites.

Lire aussi:

Les restes de la Lotus de Jochen Rindt

Les restes de la Lotus de Jochen Rindt

Photo de: David Phipps

Rindt mène la course. Une première catastrophe survient durant le neuvième tour quand un aileron de la Lotus de Hill casse net. Le bolide en perdition percute les rails. Hill n’est pas blessé, mais la voiture est détruite. Au 20e tour, c’est l’aileron arrière de la Lotus de Rindt qui casse. L’accident est terrible et l’Autrichien est blessé au visage. Chris Amon hérite de la première place, pourchassé par Jackie Stewart aux commandes d’une Matra MS80-Ford.

Jackie Stewart, Matra Cosworth MS80

Jackie Stewart, Matra Cosworth MS80

Photo de: Sutton Images

Au 57e tour, le moteur de la Ferrari de Amon rend l’âme… Stewart occupe la tête avec 35 secondes d’avance sur Jacky Ickx sur une Brabham. Toutefois, un aileron de la Brabham casse lui aussi, mais sans gravité. Du coup, Stewart n’est plus inquiété. L’Écossais remporte la victoire avec deux tours d’avance (oui, deux tours !) sur Bruce McLaren et Jean-Pierre Beltoise

1979 - Depailler fait gagner Ligier

Patrick Depailler, Ligier JS11 Ford, mène devant son coéquipier, Jacques Laffite

Patrick Depailler, Ligier JS11 Ford, mène devant son coéquipier, Jacques Laffite

Photo de: Rainer W. Schlegelmilch

L’épreuve de 1979 est organisée sur le tourniquet de Jarama. Jacques Laffite installe sa Ligier JS11-Ford en pole position devant celle de son équipier, Patrick Depailler, puis viennent la Ferrari 312T4 de Gilles Villeneuve et la Lotus 80 de Mario Andretti. Au premier virage, Depailler surprend Laffite, le pique au freinage et prend la tête. Les deux Ligier roulent roues dans roues. Laffite veut doubler Depailler et le signale à son équipe. Malheureusement, “Jacquot”, énervé, rate un changement de rapports et effectue un surrégime qui provoque la casse son V8.

Carlos Reutemann, Lotus 79

Carlos Reutemann, Lotus 79

Photo de: Rainer W. Schlegelmilch

Depailler mène les 75 tours de la course et remporte sa deuxième victoire en F1, et la troisième en cinq courses pour Ligier. Carlos Reutemann se classe second aux commandes de sa “vieille” Lotus 79, à 20"9 du vainqueur. Son coéquipier, Mario Andretti, termine au troisième rang au volant de la Lotus 80 qui est fort capricieuse à piloter. Jody Scheckter, qui sera sacré Champion du monde à la fin de la saison, se classe quatrième dans sa Ferrari.

Jean-Pierre Jarier, Tyrrell

Jean-Pierre Jarier, Tyrrell

Photo de: LAT Images

Le petite écurie Tyrrell, sans un seul sponsor, fait une bonne affaire avec Jean-Pierre Jarier et Didier Pironi qui terminent cinquième et sixième, respectivement, à bord de leurs 009 à moteur Ford. Quant à Villeneuve, il croise l’arrivée en septième place après avoir effectué deux tête-à-queue en début de course.

1989 - Ayrton Senna, tout simplement

Ayrton Senna, McLaren MP4/5

Ayrton Senna, McLaren MP4/5

Photo de: Sutton Images

Le Brésilien Ayrton Senna réalise la 40e pole position de sa carrière aux commandes de sa McLaren MP4/5-Honda. Gerhard Berger, sur Ferrari 640, se qualifie deuxième devant l’autre McLaren d’Alain Prost et l’étonnante Minardi M189 de Pierluigi Martini !

Gerhard Berger, Ferrari

Gerhard Berger, Ferrari

Photo de: Sutton Images

Senna, imbattable, mène les 73 tours de l’épreuve. En fait, l’ordre du trio de tête ne changera pratiquement pas de toute le course avec Senna devant Berger et Prost. Senna décroche la victoire avec une avance de 27 secondes sur son ami autrichien.

Philippe Alliot, Lola Lamborghini

Philippe Alliot, Lola Lamborghini

Photo de: Sutton Images

Jean Alesi, qui pilote une Tyrrell, se classe quatrième derrière Prost. Riccardo Patrese termine cinquième au volant de sa Williams-Renault. Le Français Philippe Alliot réalise un véritable exploit. Qualifié cinquième, il se classe sixième en course aux commandes de sa Lola LC89 à moteur V12 Lamborghini.

1999 - Häkkinen fait gagner McLaren

Mika Hakkinen, McLaren MP4-14

Mika Hakkinen, McLaren MP4-14

Photo de: Sutton Images

Sur le circuit de Barcelone, le Finlandais Mika Hakkinen réalise la pole à bord de sa McLaren MP4/14-Mercedes. Eddie Irvine, sur Ferrari F399, se classe second devant David Coulthard sur l’autre McLaren. Michael Schumacher se qualifie quatrième devant la Sauber C18-Petronas de Jean Alesi et la BAR PR01-Supertec de Jacques Villeneuve.

Michael Schumacher, Ferrari

Michael Schumacher, Ferrari

Photo de: Sutton Images

Häkkinen et Coulthard dominent l’épreuve et ne changent de position que lors des pitstops. Villeneuve roule en troisième place, mais durant le 25e tour, la transmission de sa BAR cède. Michael Schumacher hérite alors de la troisième position.

Jean Alesi, Sauber

Jean Alesi, Sauber

Photo de: Ercole Colombo

Häkkinen remporte sa deuxième victoire de la saison devant David Coulthard et Schumacher. Fait à noter : c'est le même podium que l’année précédente ! Irvine, Ralf Schumacher (Williams FW21-Supertec) et Jarno Trulli (Prost AP02-Peugeot) se classent ensuite. Jean Alesi effectuait une superbe course. Il occupait la troisième place quand la boîte de vitesses de sa Sauber a cassé net au 27e tour.

2009 – Doublé des Brawn-Mercedes

Jenson Button, Brawn Grand Prix BGP 001

Jenson Button, Brawn Grand Prix BGP 001

Photo de: Sutton Images

Les qualifications de ce Grand Prix d’Espagne sont serrées, car les huit premiers pilotes sont dans la même seconde. Jenson Button (Brawn BGP001-Mercedes) signe la pole position devant Sebastian Vettel (Red Bull RB5-Renault), Rubens Barrichello (Brawn), Felipe Massa (Ferrari F60) et Mark Webber (Red Bull).

Crash de Jarno Trulli, Toyota F1 Team, Sébastien Bourdais, Scuderia Toro Rosso et Sébastien Buemi, Scuderia Toro Rosso

Crash de Jarno Trulli, Toyota F1 Team, Sébastien Bourdais, Scuderia Toro Rosso et Sébastien Buemi, Scuderia Toro Rosso

Photo de: Xavier Bonilla Gongora

Au premier virage, Barrichello s'infiltre devant Button et prend la tête ! Un carambolage survient immédiatement après, impliquant les voitures de Nico Rosberg, Trulli, Adrian Sutil, Sébastien Bourdais et Sébastien Buemi. La voiture de sécurité intervient.

Sebastian Vettel, Red Bull Racing

Sebastian Vettel, Red Bull Racing

Photo de: Xavier Bonilla Gongora

Le vert est donné au sixième tour, et Barrichello mène devant Button. Les deux Brawn intervertissent leurs positions lors des ravitaillements. Button mène du 51e au 66e tour et récolte la victoire. Barrichello se classe deuxième devant les Red Bull Webber et Vettel. En fin de parcours, Fernando Alonso (Renault R29) double Massa pour décrocher la cinquième place.

 
Article suivant
Sainz était perplexe face à McLaren l'année dernière

Article précédent

Sainz était perplexe face à McLaren l'année dernière

Article suivant

C'était un 8 mai : la disparition de Gilles Villeneuve

C'était un 8 mai : la disparition de Gilles Villeneuve
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Espagne
Auteur René Fagnan