GP de France : Alesi espère "un circuit anti-frustration"

Dix ans après sa dernière édition en date, le Grand Prix de France fera son grand retour au calendrier de la Formule 1 en juin 2018.

Depuis l'annonce officielle faite en décembre dernier, les organisateurs travaillent d'arrache-pied pour préparer les retrouvailles, qui auront lieu sur le Circuit Paul Ricard. La semaine dernière, l'affiche et l'identité visuelle de l'épreuve ont été révélées, en attendant l'ouverture de la billetterie en novembre. Déjà connu, le tracé a quant à lui été définitivement confirmé, non sans que les pilotes aient été écoutés, ce que salue Jean Alesi, ambassadeur du circuit varois.

"Le Circuit Paul Ricard, ce sera une vraie présentation de la France pour tous les pilotes", prévient-il. "La plupart des pilotes qui vont venir ici n'ont jamais fait le Grand Prix de France. Ça ne fait pas partie de leur calendrier, ça ne fait pas partie de leurs habitudes. Quand on est pilote de Formule 1, on a des habitudes, on sait où on va manger, où on va aller dormir, le temps que ça va prendre pour aller au circuit et comment on va y aller. Aujourd'hui, c'est un gros point d'interrogation pour tout le monde mais je sens beaucoup d'enthousiasme."

"Ce qui peut être aussi difficile pour le circuit, c'est d'avoir au bout de dix tours les premières impressions de pilotes qui disent : 'Mais pourquoi ils ont changé le virage comme ça ? Pourquoi ils n'ont pas fait une chicane de cette façon ou d'une autre ?' La présentation qui a été faite aux champions de Formule 1, [acceptée] à l’unanimité – il y avait des micro-modifications à faire –, ça a plu. Donc c'est déjà très important, on sait que les pilotes sont contents et qu'ils seront nos vrais porte-paroles pour le futur."

Des vitesses "assez affolantes"

Observateur attentif de la Formule 1 moderne sans vouloir chercher à tout prix la comparaison avec ce qu'il a connu durant sa carrière, Jean Alesi se montre donc confiant. Malgré les doutes qui peuvent exister, les pilotes apprécieront la piste du Castellet au volant de monoplaces dont "le niveau de performance en virage est assez fou". Et le vainqueur du Grand Prix du Canada 1995 a bien étudié le tracé, qui empruntera la Chicane Nord pour couper la très longue ligne droite du Mistral.

Sebastian Vettel, Ferrari SF15-T

"J'ai vu les vitesses, qui sont assez affolantes, puisqu'il y aura 344 km/h en prévision au freinage de la chicane, dans la ligne droite du Mistral, et on sait que les ingénieurs ne donnent en général jamais leur vraie puissance, donc ça peut être [plutôt] plus que moins", annonce-t-il. "Ça fait aussi comprendre le pourquoi de la ligne droite."

"Il y aura un gros freinage à la chicane mais aussi, sur le retour, le virage de la tour qui va être élargi pour pouvoir donner une possibilité éventuellement de se mettre à côté du pilote pour se faire dépasser. Mais celui qui se fait dépasser a la possibilité de recroiser pour reprendre sa position, avant éventuellement un autre dépassement au premier virage, qui va aussi être élargi et modifié pour les dépassements. J'espère que ça va être un vrai circuit anti-frustration." 

La position cruciale des zones DRS

Romain Grosjean a lui aussi déjà scruté attentivement le tracé annoncé. Impatient de disputer pour la première fois son Grand Prix national, il conditionne toutefois une grande partie du spectacle à la manière dont seront définies les zones DRS.

"Je pense que chaque circuit a un potentiel à utiliser pour les courses", explique le pilote Haas. "Tout va dépendre de là où l'on met le DRS, car aujourd'hui en Formule 1, sans DRS, c'est extrêmement compliqué de dépasser. Je pense que l'addition de la chicane dans la ligne droite du Mistral va quand même nous aider. Il y aura un grand bout de ligne droite avec la sortie à fond. Le gros freinage à la chicane, si on défend, on peut avoir une mauvaise sortie. Signes, ça va passer à fond, et je pense que ça pourra passer à fond à deux de front."

Le circuit du GP de France F1, zoom sur la Chicane Nord
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jean Alesi , Romain Grosjean
Type d'article Actualités
Tags castellet, drs, paul ricard