Le GP de France dévoile son plan anti-embouteillages

partages
commentaires
Le GP de France dévoile son plan anti-embouteillages
Par :
14 févr. 2019 à 13:45

Suite aux difficultés rencontrées l'an dernier, le Grand Prix de France vient de présenter son plan anti-embouteillages pour l'édition 2019 de la course.

Le Grand Prix de France faisait son retour au calendrier de la Formule 1 en juin dernier, après dix ans d'absence. Or, pour une majorité de spectateurs, le week-end avait été gâché par de nombreux problèmes logistiques liés à d'immenses embouteillages aux abords du circuits et par une gestion défaillante des parkings notamment. C'était tout particulièrement le cas le vendredi, où les tribunes étaient quasiment vides au début des Essais Libres 1, et où certains fans n'avaient pas pu rallier le site avant la fin des EL2.

Lire aussi :

Si les organisateurs du Grand Prix avaient adopté une attitude résolument optimiste malgré les nombreuses critiques à l'issue de l'épreuve, ils ont néanmoins présenté ce mardi leur projet pour que le trafic routier ne représente plus un problème lors de l'édition 2019, avec quatre axes de travail majeurs.

 

L'objectif est que 10'000 véhicules de moins se rendent au Circuit Paul Ricard pour le Grand Prix de France 2019, bien évidemment sans faire baisser le nombre de spectateurs pour autant.

Parmi les principales mesures prises dans cette optique, on note la mise en place de "parkings relais" à La Ciotat et au Castellet, en sortie d'autoroute, où seront disponibles des navettes gratuites pour rallier le circuit. Cela devrait permettre une baisse estimée à 5000 véhicules. De plus, le covoiturage sera favorisé puisque tout véhicule ayant cinq personnes à bord pourra emprunter une voie dédiée et disposera d'une zone de stationnement privilégiée à proximité du circuit. Un parking bitumé sera créé pour accueillir les deux roues, et la capacité d'accueil des campings sera doublée avec un total de 4000 emplacements.

Sera également doublé le nombre de navettes (payantes) au départ des gares et/ou aéroports de Marseille, Toulon et Nice, alors que des aménagements routiers seront réalisés pour fluidifier la circulation. La journée du vendredi fera l'objet de mesures "exceptionnelles" afin de réduire le trafic qui n'est pas lié à l'événement, "en demandant à l'État d'interdire les marchés dans les communes voisines ainsi que la fermeture des écoles des communes avoisinantes. Un travail est aussi engagé avec les entreprises de la zone industrielle de afin d’aménager le rythme de travail de ses 3000 salariés le vendredi". Enfin, une application spéciale permettra de suivre l'état du trafic en temps réel et de trouver le meilleur itinéraire.

Lire aussi :

Environ 65'000 personnes avaient assisté à la course lors de l'édition 2018, à l'issue de laquelle Christian Estrosi, président du GIP Grand Prix de France, avait évoqué la possibilité de mettre en vente 15'000 billets supplémentaires cette année.

Des bouchons aux abords du circuit

Article suivant
La MCL34, première étape du retour en force espéré par McLaren

Article précédent

La MCL34, première étape du retour en force espéré par McLaren

Article suivant

L'affaire Ghosn n'a rien changé à l'engagement de Renault F1

L'affaire Ghosn n'a rien changé à l'engagement de Renault F1
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de France Billets
Auteur Benjamin Vinel
Be first to get
breaking news