Privé d'aide de l'État, le GP des Pays-Bas reste d'actualité

partages
commentaires
Privé d'aide de l'État, le GP des Pays-Bas reste d'actualité
Par :
6 févr. 2019 à 13:26

La concrétisation d'un retour du Grand Prix des Pays-Bas devra se faire sans le soutien financier de l'État. Ce dernier juge qu'un tel investissement de sa part ne serait "ni nécessaire, ni justifié", mais cela ne marquerait pas de coup d'arrêt pour le projet.

Les circuits de Zandvoort et Assen sont tous les deux désireux de faciliter le grand retour de la F1 aux Pays-Bas, en capitalisant notamment sur la popularité de Max Verstappen. Les dirigeants de la piste de Zandvoort ont pour le moment un temps d'avance, puisqu'ils disposent d'un accord exclusif qui leur permet de tenter la négociation d'un contrat avec la F1 d'ici la fin du mois de mars.

Lire aussi :

L'objectif est de ramener un Grand Prix des Pays-Bas au calendrier dès 2020, mais cela devra se faire sans aide de l'État. Dans l'Histoire de la Formule 1, 30 éditions de ce Grand Prix ont eu lieu, toutes à Zandvoort, entre 1952 et 1985.

Dans une lettre adressée au parlement néerlandais, le ministre des Soins médicaux et des Sports, Bruno Bruins, reconnaît qu'une telle épreuve apporterait une valeur économique "considérable". Mais il y a un mais… "La question est de savoir si cela justifie d'utiliser les ressources du gouvernement issues des impôts", ajoute-t-il. "L'avis du gouvernement est que ce n'est pas le cas." Un avis qui se base sur trois critères.

David Coulthard, RB7 lors des Jumbo Racing Days>

Pour Bruno Bruins, une participation financière de l'État à l'organisation d'un Grand Prix de Formule 1 n'est "ni nécessaire, ni justifiée" car les droits de la F1 sont "entre les mains d'une compagnie américaine cotée en bourse" et que d'autres événements commerciaux sont organisés sans le soutien de l'État.

Par ailleurs, la Formule 1 est une discipline qui n'est pas "suffisamment conforme à la politique sportive de ce gouvernement", qui met l'accent sur la promotion du sport et de l'exercice physique ainsi que l'amélioration des capacités motrices des enfants.

Le dernier point soulevé est purement économique, car un Grand Prix de Formule 1 est un rendez-vous annuel, et qu'il serait ainsi considéré comme une manifestation ponctuelle. Pour l'intégralité de ces événements, l'enveloppe budgétaire mise à disposition ne dépasse pas dix millions d'euros par an.

Pas de coup d'arrêt selon Zandvoort

Si Zandvoort ne parvient pas à trouver un accord qui garantisse l'organisation d'un Grand Prix en mai 2020, le circuit d'Assen se dit déjà prêt à bondir sur l'occasion et prétend avoir les financements nécessaires. L'an dernier, les deux pistes ont reçu la visite du directeur de course de la FIA, Charlie Whiting, et dans les deux cas des modifications mineures seraient nécessaires pour répondre aux standards de la F1.

Le coût de ces aménagements viendrait s'ajouter au budget estimé à 20 millions d'euros pour décrocher une place au calendrier, sans parler des dépenses liées à l'organisation du Grand Prix.

Du côté des dirigeants du circuit de Zandvoort, la position du gouvernement n'est pas vécue comme un coup dur et on se dit "prêt à soutenir l'événement avec des garanties financières" tout en soulignant que le ministre "accueille positivement" l'initiative malgré le refus de la financer. "Nous prendrons le message du ministre en compte dans nos discussions avec la FOM, et dans le même temps, nous continuerons à travailler dur pour que cet événement unique se déroule", promet le directeur du circuit, Robert van Overdijk.

Avec Erwin Jaeggi  

Départ : Alan Jones, Williams FW07B-Ford Cosworth, devant René Arnoux, Renault RE20, Jacques Laffite, Ligier JS11/15-Ford Cosworth, Carlos Reutemann, Williams FW07B-Ford Cosworth, Jean-Pierre Jabouille, Renault RE20, Nelson Piquet, Brabham BT49-Ford Cosworth, Bruno Giacomelli, Alfa Romeo 179B, Gilles Villeneuve, Jody Scheckter, Ferrari 312T5, Mario Andretti, Lotus 81-Ford Cosworth, John Watson, McLaren M29C-Ford Cosworth, Didier Pironi, Ligier JS11/15-Ford Cosworth, Elio de Angelis, Lotus 81-Ford Cosworth, Riccardo Patrese, Arrows A3-Ford Cosworth, Jean-Pierre Jarier, Tyrrell 010-Ford Cosworth, Eddie Cheever, Osella FA1-Ford Cosworth, et Nigel Mansell, Lotus 81B-Ford Cosworth
Article suivant
Magnussen l'assure : son pilotage agressif n'est pas naturel

Article précédent

Magnussen l'assure : son pilotage agressif n'est pas naturel

Article suivant

L'inventeur du HANS est décédé

L'inventeur du HANS est décédé
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Basile Davoine
Be first to get
breaking news