Grosjean après son crash : "On ne nous écoute absolument pas"

Les qualifications du Grand Prix d'Italie n'ont pas duré longtemps pour un Romain Grosjean particulièrement mécontent des circonstances de son accident.

Grosjean après son crash : "On ne nous écoute absolument pas"
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Romain Grosjean, Haas F1 Team, parle à la journaliste Lee McKenzie
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Accident de Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
La roue endommagée de Romain Grosjean, Haas VF-17

B.V., Monza - Sur un Autodromo Nazionale di Monza gorgé d'eau, c'est au bout de quatre minutes que Romain Grosjean est parti à la faute... dans la ligne droite des stands, perdant le contrôle d'une Haas VF-17 partie en aquaplaning sur une piste dont l'asphalte a récemment été refait.

La séance a alors été interrompue au drapeau rouge – et n'a pas redémarré à l'heure où nous écrivons ces lignes. Selon Grosjean, c'était une erreur de lancer les Formule 1 en piste dans ces conditions météorologiques, alors qu'il pleut à Monza depuis ce vendredi soir.

"C’est assez clair", estime le Français au micro de Canal+. "Quand on se crashe dans les lignes droites, c’est que les conditions ne sont pas faites pour les F1. Je l’avais dit en sortant des stands. J’ai pris la parole pour dire que ce n’était pas fait pour la F1. Qu’est-ce que vous voulez faire ? Il faut rester à fond dans la ligne droite, on ne peut pas lâcher, car si quelqu’un arrive derrière on se fait exploser. Qu’est-ce qu’on peut faire de plus ?"

"Je n’ai pas tapé fort, ça va. On nous casse les... J’ai pris 5 places sur la grille et 3 points sur ma licence en Chine pour avoir ralenti de 45 ou 50 km/h sous double drapeau jaune, pour la sécurité... Et là on nous lance dehors dans des conditions absolument pas faites pour la Formule 1, où à plus de 300 km/h on perd les voitures en ligne droite."

"On ne nous écoute absolument pas. Je trouve juste que ce n’est pas normal, il y a deux poids deux mesures. Il faut que l’on nous écoute dans ces conditions, ça fait chier. Les conditions ne sont pas faites pour la Formule 1. Le nouveau tarmac dans la ligne droite est trop neuf pour absorber l’eau, il fallait juste attendre un petit peu. Pirelli a fait des efforts. Maintenant, on est sur un circuit où on ne pouvait pas rouler dans ces conditions."

Il est intéressant que ces propos viennent du directeur de l'Association des Pilotes de Grand Prix (GPDA), et le sujet sera sûrement abordé dans deux semaines lors du briefing des pilotes à Singapour. En attendant, Romain Grosjean s'élancera de la deuxième moitié de grille – il bénéficiera des pénalités subies par six pilotes pour gagner quelques positions, à condition d'être dans les 107%.

L'accident de Romain Grosjean en vidéo

partages
commentaires
Les nouveautés techniques à Monza

Article précédent

Les nouveautés techniques à Monza

Article suivant

Todt prêt à aider Honda à rester en F1

Todt prêt à aider Honda à rester en F1
Charger les commentaires