Grosjean s'attend à "deux heures de souffrance" avec la chaleur

Romain Grosjean était pessimiste quant à ses chances de passer en Q2 à Singapour ; il y est finalement parvenu de justesse, prenant la 15e place avec à peine un dixième d'avance sur son coéquipier Kevin Magnussen, recalé en Q1.

Les difficultés rencontrées par Romain Grosjean en essais libres avec le comportement de la Haas VF-17 n'ont pourtant pas disparu, comme en témoignent deux tout-droits lors de ses premières tentatives en Q1. Le Français a toutefois trouvé la clé par la suite.

"Je pense qu’on ne s’attendait clairement pas à passer en Q2. Je suis plutôt content de l’avoir fait", se satisfait Grosjean. "On a réussi à faire un bon tour et à aller chercher le maximum."

"On est en difficulté, on n’a pas d’équilibre sur la voiture. Avec toute l’équipe on cherche à trouver les solutions, on n’a pas encore mis le doigt dessus. On va continuer à apprendre, ça fait partie des week-ends difficiles où on paie un petit peu le manque d’expérience. Mais on a réussi à redresser la barre par rapport à hier, je suis content de tout le travail qu’on a fait."

La course s'annonce en tout cas difficile dans la fournaise de Singapour, même si elle pourrait être perturbée par des averses inédites dans cette ville-État. "Je pense que pour tout le monde ce sera deux heures de souffrance. Il fait une chaleur assez folle dans les voitures. C’est la première fois que j’ouvre la visière dans la pitlane pour prendre de l’air !" s'exclame Grosjean.

Deux heures de souffrance que le pilote Haas n'a pas connues depuis longtemps, contraint à l'abandon en 2015 et incapable de prendre le départ l'an passé en raison d'un problème de freins. Ce dimanche, il tentera de marquer ses premiers points singapouriens depuis 2012.

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Singapour
Circuit Singapore Street Circuit
Pilotes Romain Grosjean
Équipes Haas F1 Team
Type d'article Actualités