Grosjean et les top teams - La patience est une vertu

Romain Grosjean se montre philosophe à l'heure où le convoité baquet Ferrari 2016 reste entre les mains de Kimi Räikkönen

Romain Grosjean n'était pas le nom revenant le plus souvent dans les spéculations au sujet du futur du volant Ferrari finalement attribué à Kimi Räikkönen pour une saison supplémentaire en 2016, mais le Franco-Suisse n'en était pas moins en contact avec la Scuderia, attendant son heure.

Celui qui fut l'équipier de Räikkönen pendant les deux saisons les plus solides de l'histoire moderne de Lotus sait précisément ce qu'il vaut par rapport à son ancien équipier, et a également évolué depuis en tant que pilote et leader l'équipe, au cours d'une saison et demie de déclin du team.

"Je pense qu'on peut comprendre clairement qu'ils souhaitent un peu de stabilité après tous les changements de l'an dernier", nous explique Grosjean à Spa. "Kimi est toujours un vraiment bon pilote. Il était en course pour un podium à Budapest, et il est compréhensible qu'ils souhaitent de la stabilité.

Bien entendu, en tant que pilote de course, courir en rouge doit être quelque chose de spécial, mais vous savez, peut-être faut-il un peu de patience!"

 

Je pense que j'ai appris qu'il faut être patient pour remporter une course

Romain Grosjean

 

Ambition et patience

Des contacts entre Grosjean et Ferrari ont bien eu lieu, mais le pilote Lotus ne s'étale pas trop sur le sujet. C'est avec maturité que Grosjean analyse la situation.

"Le paddock est assez petit donc il y a toujours des discussions. Ce n'est pas très loin. Je pense que nous sommes un groupe de pilotes qui souhaitent une voiture gagnante l'an prochain. Ricciardo en a eu une l'an dernier; Bottas, Hülkenberg et moi-même voulons vraiment être quelque part où nous pouvons gagner des courses. C'est la raison pour laquelle nous aimons le sport, c'est là où nous voulons être".

Les top teams disposant d'autos en mesure de remporter une course ou de gros moyens financiers pour lancer un cycle de succès dans un futur proche sont rares, et souvent frileux à l'idée de tenter de s'associer à de jeunes pilotes, quelle que soit leur expérience.

"Je pense que j'ai appris qu'il faut être patient pour remporter une course; vous savez, dans le premier virage!", rigole Grosjean, en référence à certains de ses départs houleux de la saison 2012 lui ayant valu le surnom de "tête de noix" par Mark Webber. "Alors c'est peut-être la même chose pour le titre mondial! Patience…

C'est vrai que ça a été assez conservateur pendant pas mal d'années. Je pense qu'il faut attendre son moment et que ça fait partie du jeu. Le mieux à faire est de sortir les meilleurs résultats possibles depuis là où vous vous trouvez, et un jour, votre chance arrive".

"Je pense qu'à titre personnel, je sais ce que je fais et que je pilote probablement mieux que jamais cette année. Dès lors que vous êtes fier de ce que vous faites, vous assumez que d'autres personnes le voient aussi".

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Belgique
Circuit Spa-Francorchamps
Pilotes Romain Grosjean
Équipes Lotus F1 , Ferrari
Type d'article Actualités
Tags contrat, futur, top team