Grosjean : "Génial pour la F1" de voir Honda réussir

partages
commentaires
Grosjean :
Par : Basile Davoine
12 avr. 2018 à 11:36

Selon le pilote français, l'excellent résultat décroché à Bahreïn par Toro Rosso et Honda envoie un signal très positif et bénéfique à la Formule 1 dans son ensemble.

Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 et Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13 en lutte
Romain Grosjean, Haas F1 Team, sur la piste
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, Pierre Gasly, Toro Rosso STR13 Honda
Lance Stroll, Williams FW41 Mercedes, Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari
Pierre Gasly, Toro Rosso STR13 Honda, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09
Lance Stroll, Williams FW41 Mercedes, Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, Charles Leclerc, Sauber C37 Ferrari, et Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33 Renault
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 s'arrête au stand
Romain Grosjean, Haas F1 Team, et Günther Steiner, Team Principal, Haas F1
Lance Stroll, Williams FW41 Mercedes, devant Charles Leclerc, Sauber C37 Ferrari, Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, et Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33 Renault
Romain Grosjean, Haas F1 Team, et Pierre Gasly, Toro Rosso, lors de la parade des pilotes
Une carte d'autographes de Romain Grosjean, Haas F1 Team
La voiture de Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, avec les mécaniciens
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09, Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, Pierre Gasly, Toro Rosso STR13 Honda, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14 Tag Heuer, Esteban Ocon, Force India VJM11 Mercedes, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09, et le reste du peloton au départ de la course
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13, s'arrête au stand

Si Haas a fait les frais de l'éclosion de Toro Rosso et Honda à Bahreïn la semaine dernière, Romain Grosjean admet s'être néanmoins réjoui de voir le motoriste japonais amorcer une grosse progression. Cette dernière demande encore à être confirmée, mais la quatrième place de Pierre Gasly reste le meilleur résultat du constructeur depuis son retour en Formule 1 en 2015. 

Dans un milieu de peloton qui reste difficile à cerner pour le moment, Toro Rosso a donc le potentiel de venir contrecarrer les plans de Haas, mais Grosjean n'a pas mal vécu la réussite de l'écurie italienne et de son jeune compatriote.

"En fait, j'étais content", confesse-t-il. "Je n'étais pas content qu'ils soient devant nous, mais content que Honda, avec une bonne collaboration chez Toro Rosso, réussisse à obtenir un si bon résultat. Après les qualifications, tout le monde disait qu'ils allaient s'écrouler en course. Mais finalement non, ils ont terminé quatrième. Pour la Formule 1 dans son ensemble, c'est formidable." 

"Je pense que c'est génial pour la Formule 1. Ça montre qu'on peut le faire. Pour Honda, ça montre à tous les constructeurs que c'est possible de venir. Il y a beaucoup d'efforts et de fumée au début, mais après, si les relations avec Toro Rosso avaient commencé plus tôt, ça aurait peut-être pu être encore mieux."

Quelle hiérarchie à Shanghai ?

L'absence – pour le moment – de hiérarchie bien établie en milieu de grille, loin derrière les trois top teams, génère beaucoup d'indécision avant le troisième Grand Prix de la saison à Shanghai ce week-end. Pour Romain Grosjean, la situation est presque paradoxale, car elle n'est sportivement pas désagréable en termes d'enjeux.

"Je crois que personne n'en a la moindre idée [de la hiérarchie ce week-end]", précise-t-il. "À Melbourne c'était Haas, Renault, McLaren, Toro Rosso. À Bahreïn c'était Toro Rosso, nous, Renault, McLaren. Nous verrons. Ce sera intéressant de voir les évolutions qu'ils apportent sur les voitures et de voir ce que l'on peut faire pour continuer à bien travailler. J'espère que nous pourrons rester devant et vivre une belle saison."

"Je ne sais pas. C'est excitant car ça montre qu'en milieu de peloton ça peut changer à chaque course. C'est bien à voir. Nous aimerions évidemment nous retrouver dans le no man's land où était Force India l'année dernière, c'est-à-dire un peu trop lent pour aller chercher les équipes de pointe et un peu trop rapide pour le milieu de grille. Mais c'est super serré et super enthousiasmant, même en qualifications. Il faut tout faire correctement, même chose en course."

Le MotoGP en exemple

Suspense, indécision et belles bagarres, mais malheureusement pas pour la victoire. Le fossé avec Ferrari, Mercedes et Red Bull reste conséquent, et c'est d'ailleurs l'un des grands chantiers de Liberty Media pour l'avenir. Grosjean, lui, rêve d'une situation capable d'offrir des joutes aussi haletantes que sur deux roues. Avec quelle solution ?

"J'aime l'idée des coûts plafonnés", lance-t-il. "J'ai dit à plusieurs reprises que j'étais un grand fan de MotoGP. Si l'on regarde le championnat, Cal Crutchlow est en tête, Zarco troisième. Il n'y a pas de pilote officiel dans le top 3 du championnat à l'heure actuelle. C'est incroyable. Tout le monde peut gagner à chaque course, ça se mélange beaucoup. Quand on regarde une course, il y a beaucoup de surprises. J'aimerais voir ça en Formule 1. Mercedes une course, Ferrari la suivante puis Red Bull, Force India et peut-être Haas. Comme en 2012 quand nous avons eu neuf vainqueurs différents lors des premières courses. Je pense que c'est génial pour le spectacle. On ne sait jamais qui va gagner, et on veut regarder car c'est enthousiasmant jusqu'au dernier tour."

Prochain article Formule 1
Ricciardo aurait au moins "tenté" de doubler Vettel

Previous article

Ricciardo aurait au moins "tenté" de doubler Vettel

Next article

Photos - Jeudi à Shanghai

Photos - Jeudi à Shanghai

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Chine
Lieu Shanghai International Circuit
Pilotes Romain Grosjean
Équipes Haas F1 Team
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités