Grosjean : "On s’est un peu tiré une balle dans le pied"

partages
commentaires
Grosjean : "On s’est un peu tiré une balle dans le pied"
Par :
13 avr. 2019 à 09:10

Romain Grosjean a préféré prendre avec le sourire la mésaventure dont les pilotes Haas ont été victimes en Q3 à Shanghai, tous deux privés de tour rapide par un sens du timing très mal senti sur le muret des stands.

Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-19
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-19
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-19, de retour au stand
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-19
Kevin Magnussen, Haas F1 et Romain Grosjean, Haas F1
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-19
Romain Grosjean, Haas F1

Romain Grosjean le dit avec un sourire qui a au moins le mérite de dédramatiser : "C'est sûr que dans l'équipe, ça doit faire un peu la tête". Et pour cause, Haas s'est fait piéger dans les ultimes instants de la Q3 et a perdu tout espoir de maximiser la position de ses deux autos sur la grille de départ en Chine. Un très mauvais sens du timing qui vient faire ombrage à la séance pourtant impeccable de l'écurie américaine jusqu'alors. 

C'est vrai, le pilote français le reconnaît, il a sauvé sa peau de justesse pour accéder au top 10. "La Q2, c’était un peu chaud avec cet énorme survirage que je prends au virage 8 sans trop d’explication, sur le premier run, donc il ne me restait qu’un tour pour vraiment passer en Q3", raconte-t-il au micro de Canal+. "Ça n’a pas été un week-end facile jusque-là, et c’est un peu dommage. Après, la voiture est bien, on passe en Q3."

Une Q3 durant laquelle rien ne s'est passé comme prévu. Les deux Haas ont d'abord pris la piste pour se rôder avec un train de pneus usés, en vue de leur unique tentative possible avec des gommes tendres neuves. Mais tout le monde ayant attendu le dernier moment pour repartir, un trafic improbable s'est créé, et ni Kevin Magnussen ni Grosjean n'ont pu franchir la ligne de chronométrage avant que le drapeau à damier ne soit brandi !   

Lire aussi:

"En Q3, on n’a pas fait un tour [rapide], on a raté la deadline", déplore Grosjean. "Il faut que l'on revoit nos chronomètres, ils n’ont pas dû être mis à l’heure chinoise. On n’a pas pu faire un tour donc on s’est un peu tiré une balle dans le pied."

C'est ainsi que les deux VF-19 se retrouvent cantonnées à la cinquième ligne, Magnussen neuvième devant Grosjean dixième, sans même avoir pu ferrailler avec les Renault qui occuperont la quatrième ligne. 

"Je pense qu’on se serait bien battu avec les Renault", estime Grosjean. "Je crois que la qualif d’aujourd’hui montre un peu plus la hiérarchie des équipes. Maintenant, en course, Renault a l’air très bien alors que nous on a souffert hier [sur les longs relais]. J’espère que demain ça ira mieux. Il faut que la chance revienne, car là pour le moment, c’est compliqué."

Article suivant
Furieux, Verstappen s'en prend à Vettel et aux Renault

Article précédent

Furieux, Verstappen s'en prend à Vettel et aux Renault

Article suivant

Gasly estime que la P6 était le but, Horner visait Ferrari

Gasly estime que la P6 était le but, Horner visait Ferrari
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Chine
Catégorie Qualifications
Pilotes Romain Grosjean Boutique
Équipes Haas F1 Team
Auteur Basile Davoine
Soyez le premier à recevoir toute l'actu